Théâtrorama

Marisa Berenson au cabaret

Berlin Kabarett avec Marisa BerensonUn spectacle flamboyant qui entraine le public dans les sombres heures de l’Histoire qui secouent un monde en pleine décadence mais qui continue surtout à s’enivrer de musique et de fête. Avec un atout majeur : Marisa Berenson.

Il est des sujets dont l’évocation nécessite de convoquer les plus beaux -ou les pires- oxymores. Celui de Berlin Kabarett est incontestablement de ceux-là. Nous sommes dans la capitale allemande en 1945. Le pays est à genoux sans savoir encore qu’il va descendre plus bas encore. Une ancienne tenancière d’un cabaret berlinois revit ses folles années 30 lorsque, en pleine république de Weimar, elle menait sa revue d’une main de fer, entraînant en toute impunité la chute de son propre fils et profitant de l’ascension de l’hydre la plus immonde que cette terre ait portée. Splendeur et décadence pour une époque assurément complexe.

Splendide décadence !

Berlin Kabarett avec Marisa BerensonEn confiant le rôle principal à la légendaire Marisa Berenson, Stéphan Druet s’est bien sûr offert la partenaire idéale. La comédienne, chevelure à la blondeur des blés et allure altière qu’on lui connaît, celle qui fut la muse de Saint-Laurent et l’interprète de Bob Fosse (« Cabaret », déjà) et Kubrick (« Barry Lyndon ») envahit l’espace de cette salle où le public ne peut être plus près du spectacle. De sa voix envoutante, de son élégance aristocratique, de son regard si énigmatique, elle est l’âme de ce spectacle brillant..

En resserrant davantage l’intrigue sur le spectaculaire de cette époque que sur son aspect historique que tout le monde au fond connaît et grâce à une mise en scène très cinématographique (on s’attend presque à voir surgir Marlène Dietrich ou des plans des « Damnés » de Visconti) ce spectacle s’avère un véritable tourbillon de mots, de musiques, de chants, de couleurs (les maquillages sont particulièrement réussis) et somme toute, en parfaite symbiose avec l’époque décrite, faite à la fois de doutes, d’abymes dans lesquels on s’enivre sans forcément songer au lendemain.

Berlin Kabarett
De Stéphan Druet
Avec Marisa Berenson, Stéphane Corbin ou Simon Legendre, Sebastiàn Galeota,
Jacques Verzier ou Olivier Breitman, Loïc Olivier ou Hugo Chassaniol, Victor Rosi et Gaston Ré
Musique de Kurt Weill, Stéphane Corbin, Friedrich Hollaender, Fred Raymund, Dajos Béla, Henri Christiné
Chorégraphies : Alma de Villalobos
Costumes : Denis Evrard
Lumières : Christelle Toussine
Direction vocale : Vincent Heden
Arrangements musicaux : Anne-Sophie Versnaeyen
Crédit photos : Victor Tonelli
Durée 1h20

Jusqu’au au 15 juillet 2018 au Théâtre de Poche-Montparnasse

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest