Théâtrorama

Amphitryon, mis en scène par Guy-Pierre Couleau

Amphitryon, mis en scène par Guy-Pierre CouleauAmphitryon – Dès l’ouverture du rideau, nous voilà propulsés dans l’univers des dieux. Mercure suspendu dans les airs réclame à la déesse de la Nuit de retarder la fin de la nuit afin de permettre à Jupiter de jouir encore des charmes de la belle Alcmène qu’il a séduit en prenant les traits de son mari le général thébain Amphitryon.

En effet, sitôt sa nuit de noces consommée, celui-ci a quitté sa jeune épouse pour aller guerroyer. Mercure monte la garde pour Jupiter après avoir pris l’apparence de Sosie, valet d’Amphitryon. Mais celui-ci, de retour au palais, précède son maître pour annoncer sa victoire… et tombe nez à nez avec cet « autre moi »… La pièce repose toute entière sur le motif du double et du miroir. Quiproquos, malentendus et rebondissements, Molière invente une fantaisie mythologique à grand spectacle, où les dieux descendus sur terre, rusés et manipulateurs, sèment la confusion et s’amusent aux dépens des humains, dupés de bout en bout et incapables de distinguer le vrai du faux.

Entre ciel et terre

Le parti pris de Guy Pierre Couleau est d’inscrire sa mise en scène dans une scénographie qui fait communiquer le ciel et la terre, qui fait descendre ces dieux qui s’ennuient dans le monde d’humains qu’ils envient en raison des émois et des désirs amoureux qu’ils sont capables d’éprouver. Le metteur en scène joue sur la complicité avec le public pour dénoncer les fausses croyances et les identités usurpées.

La scénographie de Delphine Brouard et les lumières de Laurent Schneegans font naître la fantasmagorie de ce jeu de dupes. L’univers de dieux représente un ciel de planètes proches d’une « terre » limitée par un tréteau où se cachent des trappes, dans lesquelles tombent ces humains si faciles à piéger dans leur naïveté. En venant sur la terre des hommes, les dieux se descendent eux-mêmes de leur piédestal. La verticalité est alors abolie au profit d’une horizontalité qui met tout le monde au même niveau. Car, que sont ces faux dieux qui usurpent des identités d’humains et comment les croire ?

Amphitryon, mis en scène par Guy-Pierre CouleauLes dieux sont des menteurs et de sacrés voleurs qui abusent sans vergogne de leur puissance absolue. Sosie et Amphitryon sont dépossédés de leur apparence physique. Sosie est même dépossédé de sa personnalité, de ses souvenirs et de son nom. Muselé, frappé par Mercure qui a pris son apparence, Sosie devient la métaphore de l’artiste asservi par le pouvoir du Roi et de sa Cour, nous dit Guy Pierre Couleau.

Si les dieux séquestrent les humains, ceux-ci ne sont pas démunis pour autant. Molière en appelle au jugement du public qui sait où se situe l’imposture. En le rendant témoin de la situation, par une pirouette de côté, le rire de Molière, une fois de plus, met l’accent sur la place de l’homme dans l’univers, sur sa liberté que le rire lui permet d’exercer. Face à leurs doubles divins, les hommes finissent par ouvrir le questionnement sur ce qui constitue leur humanité. Les dieux ne sont plus détenteurs de la vérité et ils sortent amoindris du jeu de dupes qu’ils ont mis en place.

Libérés des dieux de retour sur leur Olympe lointain, les hommes finissent peut-être par comprendre que leur humaine condition nécessite la conquête d’une liberté qui n’est pas à réclamer pour être exercée de plein droit.

Amphitryon
De Molière
Mise en scène : Guy-Pierre Couleau assisté de Carolina Pecheny
Avec Isabelle Cagnat, Luc-Antoine Diquéro, Kristof Langromme, Nils Öhlund, François Rabette,
Jessica Vedel, Clémentine Verdier

Lumière : Laurent Schneegans
Scénographie : Delphine Brouard
Costumes : Laurianne Scimemi
Maquillage : Kuno Schlegelmilch
Crédit photo : André Muller

Durée : 2 h 10

Vu au Théâtre 71, Scène nationale de Malakoff

Tournée :
Du 17 au 28.janvier 2017 : Théâtre des Célestins, Lyon
22 mars 2017 : Théâtre Victor-Hugo, Bagneux
10 & 11 mai 2017 : Le Bateau Feu, Scène Nationale de Dunkerque

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest