Théâtrorama

Ahmed Madani poursuit son aventure artistique

Ahmed Madan – F(l)ammes. Le plateau nu convient parfaitement bien à  » F(l)ammes » , un texte écrit et mis en scène pour dix femmes par Ahmed Madani. Dix chaises sur le plateau, un micro à l’avant scène et pour tout décor, par intermittences des images projetées, avec une lumière qui sait jouer subtilement avec les ombres et les pleins feux.

F(l)ammes - Ahmed Madani

Dix jeunes femmes qui nous regardent dans les yeux avant que de dire à haute voix ce qu’elles sont, leurs attentes et leurs espoirs. Elles viennent toutes d’un  » terroir » affirment-elles et non des  » quartiers sensibles » comme on a l’habitude de dire par facilité. Leurs familles sont venues d’Afrique, de Guadeloupe, de Haïti, du Maghreb, mais toutes sont nées en France. S’adressant sans faux fuyant au public, elles lui font leurs confidences. Multiples, opposées, différentes dans leur expérience et en même temps identiques dans leurs rêves, leurs désirs de liberté au-delà du milieu culturel de leur famille.

Dans la forêt des cités

Si Laurène a fréquenté les milieux « bobos », elle se sent surtout de la « forêt », celle du pays d’origine de ses parents, les suivantes ont dû traverser les obstacles de la pauvreté, du mépris ou ont connu le racisme. Leur parole se déroule comme une succession de solos, de dialogues qui bousculent les clichés avant de se terminer dans le récit choral d’une génération de jeunes femmes déterminées à exister dans un monde qui aurait tendance à les confiner dans l’anonymat de leur cité. La plupart ont fréquenté le lycée, l’université et citer Claude Lévi-Strauss n’empêche pas d’être à l’aise avec les copains du quartier et de refaire le monde. Pour ces dix filles, le discours ne vise pas à la séduction ou à la justification, mais il met l’accent sur leur incontestable présence au sein de la société française.

Identités multiples et choralité des récits

Face à ces récits de l’intime féminin, il y a la délicatesse d’une équipe majoritairement masculine qui a su les écouter et retranscrire leur réalité avec ses spécificités et ses vérités sans détours, tout en respectant les silences en suspens. La parole des jeunes femmes reste spontanée, ouvre ou entrouvre des espaces intimes. Ahmed Madani reconstruit leurs aveux sous la forme d’autofictions, dans une langue rigoureuse qui n’exclut pas le poétique, la simplicité et l’humour. Sa mise en scène introduit le mouvement, la musique pour souligner leurs stratégies et se faire reconnaître dans ce qu’elles ont d’unique : l’une s’habille comme une « lolita japonaise », l’autre est ceinture noire de karaté, une troisième revendique de porter le voile avec fierté tout en nous donnant sa vision du couple avec humour à travers l’histoire d’Ulysse et Pénélope … Avec une caméra discrète, Nicolas Clauss les filme. Ses images nous parviennent comme les projections des paroles dites ou le miroir de sentiments qui ne s’expriment pas par les mots.

F(l)ammes - Ahmed Madani

Le texte et la mise en scène de « F(l)ammes » font émerger une parole féminine afropéenne, selon l’expression de la metteure en scène Eva Doumbia. Une parole d’ici et d’ailleurs, qui se revendique comme telle, singulière, libre et traversée par l’urgence. Depuis 2012, Ahmed Madani s’est attelé à donner la parole aux jeunes eux-mêmes pour que se dessine le portrait et qu’émerge une réflexion plus juste sur une jeunesse que l’on a souvent tendance à isoler par des clichés réducteurs.

Alliant la distanciation du réel et l’imaginaire de la langue et des situations, il souhaite avant tout « faire émerger le réel pour créer du symbolique ». En mettant sur le plateau dix actrices inexpérimentées qui porteront le spectacle toute la saison et ce, jusqu’au Festival d’Avignon 2017, Madani fait de l’aventure une expérience exceptionnelle pour elles, mais aussi pour le public qu’il bouscule dans ses habitudes et ses critères d’évaluation.

L’aventure artistique d’Ahmed Madani est menée avec de jeunes habitants des quartiers populaires. Elle est développée depuis 2012 et se déclinera en trois créations :
– « Illumination(s) » réalisée avec des jeunes hommes du Val Fourré
– « F(l)ammes » réalisée avec des jeunes femmes des quartiers populaires
– « Des garçons et des filles » (titre provisoire) réalisée avec des jeunes femmes et des jeunes hommes des quartiers populaires
Avec cette « trilogie » intitulée « Face à leur destin », Ahmed Madani souhaite faire une description appliquée et minutieuse de ce que recouvre la réalité d’être de jeunes français vivant dans une zone urbaine sensible en donnant la parole aux protagonistes eux-mêmes.

F(l)ammes (À partir de 14 ans)
Texte & Mise en scène : Ahmed Madani avec la complicité artistique de Mohamed El Khatib
Assistante à la mise en scène : Karima El Kharraze
Avec Anissa Aouragh, Ludivine Bah, Chirine Boussaha, Laurène Dulymbois, Dana Fiaque, Yasmina Ghemzi, Maurine Ilahiri, Anissa Kaki, Yidi N’Diaye, Inès Zahoré
Créationvidéo : Nicolas Clauss
Création lumières et régie générale : Damien Klein
Création sonore : Christophe Séchet
Costumes : Pascale Barré et Ahmed Madani
Coaching vocal : Dominique Magloire et Roland Chammougom
Coaching chorégraphique : Salia Sanou
Crédit photos : Louis Athénas
Durée : 1h 25

Jusqu’au 4 Décembre à la Maison des Métallos

Tournée
Du 08 au 10 décembre 2016 : Collectif 12 à Mantes-la-Jolie
Le 12 janvier 2017 : La Renaissance à Mondeville
Du 17 au 24 janvier 2017 : Le Grand T à Nantes
Du 26 au 28 janvier 2017 : La Maison des Arts et de la Culture de Créteil
Le 30 janvier 2017 : Le Safran à Amiens
Le 01 février 2017 : La Piscine à Châtenay-Malabry
Du 16 au 18 février 2017 : Tropiques Atrium Martinique
Du 02 au 03 mars 2017 : L’Atelier à spectacle à Vernouillet
Le 08 mars 2017 : La Ferme de Bel Ébat à Guyancourt
Le 10 mars 2017 : Fontenay en scènes à Fontenay-sous-Bois
Le 14 mars 2017 : Forum Jacques Prévert à Carros
Du 16 au 17 mars 2017 : Théâtre de Grasse
Le 21 mars 2017 : Théâtre de l’Olivier à Istres
Du 24 au 26 mars 2017 : La Maison des Pratiques Artistiques Amateurs à Paris
Le 30 mars 2017 : L’ECAM au Kremlin-Bicêtre
Le 21 avril 2017 : La Nacelle à Aubergenville
Le 25 avril 2017 : Théâtre de Coutances
Du 27 au 28 avril 2017 : CDN de Normandie-Rouen à Petit-Quevilly
Juillet 2017 : Théâtre des Halles à Avignon

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest