Théâtrorama

Un jour mon prince viendra…

On connaissait son amour du 7ème Art et son talent inoubliable dans « Tchao Pantin » film de Claude Berri des années 1980, mais il ne faut pas oublier son autre grande passion : le théâtre. Personne ne s’étonnera donc de la retrouver sur scène dans un one woman show étonnant écrit en collaboration avec Jacques Pessis sur une mise en scène de jean-Luc Moreau.

Seule en scène durant 1h20, elle y incarne une femme célibataire à la recherche du grand amour. Tailleur rouge et sexy, clopinant sur un seul talon aiguille, une comédienne est sensée venir lire des textes de poésie sur scène. S’adressant à son public, elle s’excuse de ne pouvoir commencer tout de suite, son habilleuse s’étant enfermée dans sa loge, pour cause de déception amoureuse. !

Se prenant alors au jeu de l’inquiétude, elle raconte principalement aux Messieurs de la salle, les déboires de sa vie sentimentale… On ne sait jamais si l’homme de sa vie était présent ! Et c’est ainsi que Melle Agnès Soral se livre à un texte quelque peu décapant ! Tour à tour, les ex hommes de sa vie sont passés en revue. On les retrouve tous, bons ou méchants, ses mâles et ses maux… C’est aussi un regard au vitriol sur sa meilleure amie, l’amour, la jalousie, le cul (c’est ainsi qu’elle le dit haut et fort) et la bêtise humaine.

soral

Obsédée textuelle !
Elle va vite, (trop même) enchaîne tous les thèmes, tourbillonne comme pour mieux s’abandonner à son public, voire au futur homme de sa vie… Le trouvera t’elle ? En attendant on peut aussi se demander si elle va y trouver son public… Car dans ce spectacle, il semblerait qu’Agnès Soral ait adopté le ton très en vue de notre temps : à savoir provocation et vulgarité. Elle nous avait habitué à mieux. Du moins à plus soft. C’est dérangeant, agaçant presque, de voir cette jeune femme flirter avec un texte qui nous échappe. Vous l’aurez compris la provocation est de mise. La vulgarité faite-elle rire ? Sans doute puisque le public rit « gra..cieusement » de bon cœur. Elle mime le sexe, elle déculotte les uns et retourne les autres, va même jusqu’au strip-tease et se demande au final si les femmes ne seraient pas les meilleurs des maris !! Pas très à l’aise avec ce texte ou du moins au début, texte sur joué, clichés vus et entendus. Pas de surprise.

Mais elle est pétillante Agnès Soral, et finit par se rattraper en seconde partie. Peu à peu elle rebondit, gagne en assurance et s’empare du texte différemment. On pourrait presque y croire. Surtout lorsqu’elle se lance dans des imitations, ce qu’elle réussit le mieux. Guidée par Jean Luc Moreau, metteur en scène confirmé, il lui fait parcourir l’espace scène de long en large, et la rapproche au plus près de son public. Efficace ! Exercice périlleux donc que de vouloir faire rire. Agnès Soral s’y essaye. Sans convaincre vraiment. L’humour gras et la provocation vous font rire ? Alors vous y trouverez votre bonheur. Pour les autres passez votre chemin ! Agnès Soral ne vous y verra sûrement pas…

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »]
Agnès Soral aimerait bien vous y voir
Texte d’Agnès Soral
Mise en scène : Jean-Luc Moreau
Lumières : Jacques Rouveyrollis
Au théâtre du Petit Gymnase
30 boulevard Bonne Nouvelle, 75009 Paris.
http://www.theatredugymnase.com
Du 13 janvier au 26 avril 2009.
Le mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 21h30. Le dimanche à 16h
Réservations : 01 42 46 79 79
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest