Théâtrorama

Abraham

Abraham-1Costume sombre, les bras le long du corps, Michel Jonasz est seul en scène. Le regard perdu, la voix claire et le ton grave, il raconte l’histoire d’Abraham, un juif polonais à la vie ordinaire, mais au destin tragique.

Il a vingt ans lorsqu’il quitte la Pologne, « le pays le plus triste du monde », pour la Hongrie. La vie d’Abraham s’annonce pleine de promesses, surtout le jour où il rencontre Rosele. La musique et le bal ne lui ont pas fait perdre la tête : ce sera bien elle sa femme… Sa bien-aimée lui donne une flopée de bambins. La famille n’est pas riche, mais elle est heureuse. Abraham devient Cantor à la synagogue et il tient une épicerie dans laquelle – et pour sa plus grande fierté – on trouve de tout ! Son grand ami s’appelle Yankle. Ce dernier prétend être le « meilleur tailleur du monde », mais son inénarrable faconde en fait surtout l’homme le plus drôle de la planète. Ce bonheur paisible est soudainement brisé. Le bruit des bottes allemandes fait trembler toute l’Europe. C’est le retour dans « le pays le plus triste du monde » et le départ de quatre des enfants d’Abraham vers la France. 1944 : le Juif polonais se retrouve enfermé dans une douche avec d’autres compatriotes. Il sait bien, Abraham, ce que cela signifie… Pourquoi veut-on effacer son nom de la surface de la Terre ?

Un hommage qui nous transporte
En homme orchestre, en touche à tout, Michel Jonasz est à la fois à l’écriture, la mise en scène et l’interprétation de cette pièce. Et c’est un magnifique travail qu’il nous offre après 30 ans d’absence au théâtre ! Il n’a plus à faire la preuve de son talent, et pourtant cet artiste complet arrive encore à nous surprendre. Dès le départ, on le sent, cette histoire lui colle à la peau. Pour cause, il incarne son grand-père maternel, né à la fin du XIXe siècle et déporté dans les camps de la mort. Le récit mêle la comédie et la chanson, avec de très belles mélodies tziganes. Les chants yiddish qu’il célèbre de sa voix si particulière remportent l’adhésion d’un public acquis. Un sujet émouvant, fort, mais également plein d’humour. On se régale du personnage de Yankle et de ses petites phrases qui écornent gentiment la religion. Ce que Michel Jonasz considère « comme un devoir de mémoire » et « un message de fraternité » est aussi un spectacle envoûtant qui sonne juste.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] Abraham (site web)
Auteur, metteur en scène, interprète : Michel Jonasz
Jusqu’au 29 mars 2010
Lundi à 20h, dimanche à 15h

Gaité Montparnasse
26, rue de la Gaîté, 75014 Paris
Réservations : 01 43 20 60 56
[/slider]

Vous pourriez aimer çà


  1. Merci pour cet hommage « chair de poule ».
    Le même effet que me procure Jonasz depuis fort longtemps.

    Ethel

    Ethel / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest