Théâtrorama

Un jour sous le même toit

Un jeune couple de province pénètre dans un appartement tapissé, au sol, de papiers journaux, et agrémenté d’un vieux canapé poussiéreux. Alice et Charles cherchent à se loger dans Paris. Ils sont les premiers à visiter cette location, même le représentant de l’agence n’est pas encore là. L’attente se prolonge. Charles révèle un caractère anxieux, minutieux, un peu râleur. À l’inverse, Alice est placide, légère et très conciliante. Ils ont d’autres appartements à voir, et toujours aucun signe de l’agence. Ulcéré, Charles s’apprête à décamper lorsqu’arrive un homme pressé, téléphone à l’oreille, serviette à la main. Mathieu Vannier est également en quête d’un logement, mais, quiproquo oblige, chacun pense avoir affaire au fameux responsable immobilier. Une dernière personne entre en scène, Fanny, une jeune femme dynamique et énigmatique. Même malentendu, chacun croit qu’elle est celle qu’elle n’est pas. Détail qui a son importance : c’est jour de grève dans la capitale. Une bien mauvaise journée qui attend ces quatre personnages ? Peut-être pas tant que ça, car cette quête d’un toit va se transformer en quête de soi…

Valse des sentiments
A VOIRÀ la simplicité du sujet, au dépouillement du décor et aux personnages stéréotypés, on pense, au début, assister à une pièce assez conventionnelle. Mais l’auteur de la pièce est beaucoup plus malin que ça ! Frédéric Tokarz (également interprète de Charles) nous fait glisser de la comédie légère au drame psychologique poignant, sans que l’on s’en rende vraiment compte. Chacun des personnages, sur le moment très ordinaire, lève le voile sur une personnalité marquée par un destin plus ou moins tragique. Dans ce huis clos s’opère une sorte de psychothérapie de groupe, involontaire de la part des protagonistes. Les manques, les névroses, les lâchetés, les fêlures, les incertitudes… sont passés en revue sans jamais tomber dans le pathos. Un sentimentalisme savamment dosé qui rend cet état des lieux émotionnel surprenant et finalement épatant.

Un parfait quatuor de comédiens… Les interprètes de cette improbable rencontre sont aussi pour beaucoup dans la réussite de la pièce. Ici, les comédiens jouent avec leurs tripes. Emma Colberti, Julia Maraval, Philippe Hérisson et Frédéric Tokarz sont excellents. Grâce à eux, les petites histoires racontées par Alice et la confession de Mathieu resteront inoubliables. Comme le dit le titre de la pièce elle-même : à voir absolument !

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »]
À voir absolument !
De Frédéric Tokarz
Mise en scène de Nicolas Lartigue
Scénographie de André Acquart
Avec : Emma Colberti, Julia Maraval, Philippe Hérisson et Frédéric Tokarz
Lumières de Nicolas Gilli
Assistanat et costumes de Cendrine Orcier
Jusqu’au 5 juillet
Du mardi au samedi à 21 h/ Samedi à 16 h 30/ Dimanche à 15 h

Au théâtre des Mathurins
36, rue des Mathurins, 75008 Paris
http://www.theatremm.com/
Réservations : 01 42 65 90 00
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest