Théâtrorama

7 d’un coup au Théâtre Paris-Villette

7 d'un coup, un conte réactualisé par Catherine MarnasIl était une fois un petit garçon nommé Olivier, un peu trop…pas assez…Enfin pour résumer un peu trop « tout » : trop petit, trop maigre, trop maladroit…Et comment répondre à tout cela quand des balèzes en capuches n’hésitent pas à vous molester, à se moquer de vous, surtout si vous essayez de vous rassurer à coups de citations plus savantes les unes que les autres ! Ce jour-là même les mouches s’y mettent et l’attaquent via sa tartine de confiture ! Olivier n’hésite pas, il saisit un torchon et vlan ! Il en tue 7 d’un coup. Un tel exploit, – qui parviendra ensuite jusqu’aux oreilles du roi et de la princesse – mérite une trace et c’est sur son tee-shirt qu’il écrit en lettres d’or 7 d’un coup. Personne ne s’interroge pour savoir « qui sont ces 7 », c’est le début d’un malentendu qui permettra à Olivier de se mettre en chemin vers lui même, refusant de se laisser abuser par les apparences et dépassant ses peurs…

Un chemin initiatique

Catherine Marnas, actuelle directrice du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, écrit et met en scène un spectacle jeune public dépoussiéré et très enlevé qui réunit enfants et adultes dans un univers de rêve dominé par l’humour et le rire. Il donne envie comme le suggère la metteure en scène « de construire des cabanes-bibliothèques dans les arbres » pour que toutes ces histoires ne se perdent pas.

En transformant le vaillant petit tailleur du conte des Frères Grimm en un jeune garçon harcelé par des plus grands, elle parle aux enfants d’aujourd’hui sans altérer les thématiques du conte : ne pas se fier aux apparences, dépasser ses peurs, se faire confiance autant de qualités nécessaires pour s’émanciper et grandir.
Dirigeant au cordeau une équipe de quatre comédiens qui s’amusent autant que les enfants (et les adultes) dans la salle, la metteure en scène transforme la boîte noire du théâtre en un lieu de la nuit où les ombres se confondent, où l’imagination démultiplie les sensations. Confronté à ses angoisses et à ses limites enfantines, Olivier (avec l’aide de sa conscience surbookée) va affronter ses peurs et peu à peu sortir de son rôle de victime pour refuser la violence et les jeux de pouvoirs imposés par les plus grands.

7 d'un coup, un conte réactualisé par Catherine Marnas

Il était une fois…

Loin de certains effets visuels et/ou numériques, la mise en scène utilise des moyens qui relèvent de l’artisanat théâtral : une construction en bois montée sur roulettes qui, en se déplaçant devient une cabane, la cour de l’école ou le palais du roi, des comédiens qui glissant sur des rollers ou se déplaçant sur des échasses jouent sur les différences de taille et le fantasmagorique, une lumière nocturne et dans les tons bleutés, une bande son pleine d’humour soulignant les grincements des uns et les travers des autres…Autant d’astuces simples et poétiques qui créent un univers de rêve éveillé où les personnages surgissent de la nuit et de l’inconscient de l’enfant. Face au Roi, manipulateur de premier ordre, Olivier trouve une alliée dans la princesse, elle aussi est victime des excès de pouvoir de son père. En faisant découvrir au roi le plaisir de la lecture, Olivier libère la Princesse de l’autorité abusive de son père et ouvre les portes de l’imaginaire à ce dernier. Olivier et la Princesse se marièrent et eurent-ils beaucoup d’enfants ? L’histoire ne le précise pas. Mais ils n’eurent pas tout de suite la moitié du royaume. On sait juste que confrontés au « trop » ou au « pas assez », ils s’en accommodèrent fort bien.

 

7 d’un coup
(inspiré du Vaillant petit tailleur des Frères Grimm)
Texte et Mise en scène : Catherine Marnas
Avec Julien Duval, Carlos Martins, Olivier Pauls et Bénédicte Simon
Assistante à la mise en scène : Annabelle Garcia
Scénographie : Carlos Calvo
Son : Madame Miniature assistée de Jean-Christophe Chiron
Lumières : Michel Theuil assisté de Clarisse Bernez-Cambot Labarta
Conception et réalisation des costumes : Edith Traverso assistée de Kam Derbali
Construction décor : Nicolas Brun et Maxime Vasselin
Crédit photos : Frédéric Desmesure

Durée : 1 h – Dès 6 ans

Jusqu’au 29 avril 2018 au Théâtre Paris-Villette

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest