Théâtrorama

Un tableau d’honneur des employés modèles qui s’écaille au fil de la pièce pour se transformer en toile surréaliste.

Pile, le spectateur vient avant tout assister à la dernière mise en scène de Zabou Breitman jubilant à l’idée de retrouver son univers scénique, face, il en profite pour découvrir le texte sulfurique de Lydie Salvayre. La médaille est dorée à l’or fin avec ce duo d’artistes.

Les ouvriers modèles de l’entreprise Bisson vont se faire épingler. Ils sont fiers de récupérer leur décoration, un peu intimidés aussi, car ils n’ont pas l’habitude de recevoir les honneurs et de parler en public. Quatre médailles sont prévues, trois tranches de vie qui s’étalent généreusement (l’appétit vient en parlant), le quatrième nominé faisant savoir par missive corrosive que les patrons de ce simulacre de cérémonie peuvent aller se faire pendre avec leurs médailles. Reste trois profils bas sur le banc des sélectionnés. Auguste surnommé Gus, employé modèle mais mari qui a la main leste, Geneviève, petit bout de bonne femme qui vit en symbiose avec son fidèle toutou et la veuve Duchêne qui vient récupérer la médaille de feu son mari qui n’a pas fait de vieux os à l’usine. Le point commun entre ses trois personnages? La résignation, l’abnégation et une vie à s’échiner sur les machines comme des bêtes de somme. Chaque remise de prix est l’occasion pour le patronat de propager la bonne parole sur les bienfaits de cette petite entreprise familiale. Mais une révolte gronde dans l’usine et la mécanique bien huilée de cette remise de prix va tourner à un remake final de Benny Hill.

crédit photo BrigitteEnguerand

Premier prix d’humour noir
Le public fait partie prenante de cette cérémonie un peu kitch dont il est l’invité. A peine installé, le directeur des ressources humaines vient lui serrer la main. Tableaux des employés accrochés aux murs et vieux tubes des années 80 dans les oreilles (quel plaisir non simulé, si ça arrive, de réécouter Jeanne Mas). Les ouvriers sont installés d’un côté de la scène, sagement assis comme des écolières timides. Le coin des dirigeants trône avec l’assurance rogue de ceux qui ont le pouvoir à proximité. Trois paires de personnages qui vont s’exprimer chacun leur tour. Le lien entre ces deux mondes, Delphine, l’assistante survoltée (interprétée avec une énergie irrésistible par Delphine Théodore), qui court comme si elle était constamment placée en mode avance rapide. Personnage muet qui fait son numéro dans ce cirque professionnel.

Pas de manichéisme sur le monde ouvrier. Le texte révèle le côté obscur de chacun, sans fausse note, en parlant de la violence, du racisme primaire ou des petits travers du quotidien. Mais le quotidien se sublime par le jeu gorgé d’humanité de Maryline Even dans le rôle de la veuve Duchêne, de Jean-Claude Frissung dans celui de Gus et de Geneviève Mnich pour Geneviève Pizzuto. Les cadres sont davantage caricaturés jusqu’au grotesque. Chefs d’orchestre d’une usine à faire marcher à l’unisson, ils déraillent comme un disque rayé. Psychorigides et autoritaires, leur intervention tourne à un discours de Chaplin dans Le Dictateur. La médaille est emballée dans un papier millimétré où chaque détail compte. Orfèvre de la mise en scène, Zabou Breitman nous inviterait presque à revenir assister à une deuxième remise de prix pour savourer pleinement les points de liaison du texte à la scène. La pièce se termine par une chenille qui unit ouvriers et patrons sur la même chaîne de musique. C’est peut-être le seul point noir de la pièce, car garder l’air en tête pendant une heure relève d’un supplice qui nous ferait presque oublier que la pièce est un régal.

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] La médaille (pièce avec chenille)(site web)
De Lydie Salvayre
Mise en scène de Zabou Breitman
Avec Jean-Claude Frissung, Eric Prat, Caroline Gonce, Geneviève Mnich, François Levantal, Delphine Théodore, Maryline Even, Jean-Luc Couchard
Jusqu’au 09 octobre
Du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15h

Théâtre du Rond-Point
2 bis, avenue Franklin Roosevelt, 75008 Paris
Réservations: 01 44 95 98 21 [/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest