Théâtrorama

Elle a tout pour elle !

Emeline Bayart - Les pépites de la chanson réalisteEmeline Bayart, choisie par Denis Podalydes pour incarner le rôle titre de son film Bécassine (sortie prévue en 2018), est chanteuse et comédienne. Dit comme ça, on craint le pire tant les tentatives de marier ces deux métiers sont parfois brouillonnes.

Cette belle artiste qui maîtrise l’art vocal autant que le jeu scénique, puise à la source d’une de ses passions : la chanson française. C’est une reprise, ce show a déjà d’innombrables admirateurs. Au cœur de ce succès, le choix musical très sûr de l’interprète. Sa sélection de bijoux chantés par d’anciennes gloires (Barbara, Yvette Guilbert, Mireille, Marie Dubas, Arletty…), tous sertis tels des diamants par d’orfèvres poètes (Georges Brassens, Harry Fragson, Vincent Scotto…) nous emporte à travers l’histoire de la chanson.

D’elle à lui

Entre perles connues et découverte d’anciens succès, c’est un répertoire coquin, émouvant, parfois même hilarant qu’elle revivifie. Ces œuvres choisies ont en commun d’avoir été écrites, composées, ciselées comme autant de véritables histoires. Toutes racontent les états amoureux, ces petits et grands bonheurs, ces tragédies aussi. Emeline Bayart nous les chante avec une truculence et une séduction délicieuses. Rien n’est jamais appuyé, ni hasardeux.

Emeline Bayart fait son miel de la grivoiserie des succès de cafés concert et fait briller l’autodérision, chantée par les plus grandes vedettes du temps jadis. Car ces dames, en véritables divas, se permettaient tout. On les imagine, accordant leur confiance à des paroliers inspirés et c’est tant mieux, car tout y passe : l’adultère, une sorte de loisir, la violence conjugale, les substances illicites, les grossesses multiples, l’impossible changement de vie… La poésie emporte tout et tant mieux si ça gratouille où ça fait mal. Ajoutons que ce spectacle est un duo : à l’interprétation, gouailleuse mais jamais sarcastique de la comédienne s’ajoute le travail d’un pianiste épatant, Manuel Peskine, qui fait bien plus qu’accompagner. Redonner du muscle à la trame musicale de telles compositions avec un seul instrument demande bien du talent.

 

D’elle à lui
Conception et interprétation : Emeline Bayart
Piano : Manuel Peskin
Lumières : Olivier Oudiou
Crédit photos : Caroline Moreau

Jusqu’au 4 février au Théâtre du Rond Point, à 20h30.

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest