Théâtrorama

Jeux d’enfants Prix Théâtre 13 / Jeunes metteurs en scène 2016


Jeux d'enfants mise en scène par Dorothée Deblaton - Prix théâtre 13 Jeunes metteurs en scèneJeux d’enfants – Thriller paranoïaque
– Ils apparaissent là où on ne les attend pas et glissent comme des ombres. Selon des rituels qu’ils sont les seuls à connaître, ils bloquent l’escalier à certains de leurs professeurs et en laissent passer d’autres ; parfois ils se jettent les uns sur les autres en proie à des accès de violence inexpliqués. Quelque chose cloche vraiment dans cette pension catholique pour garçons.

Un indéfinissable malaise. Les élèves sont devenus furtifs, sinistres, rebelles à la discipline et complotent dans les couloirs contre leurs condisciples, leurs professeurs…Entre le paternalisme bon enfant du professeur de français Joseph Darc et l’autrité exigeante de Jérôme Mahler qui enseigne le latin et le grec, tout ne va pas non plus pour le mieux dans le meilleur des mondes du côté des enseignants…

Jeux d’enfants: une haine perverse

Prix Théâtre 13 Jeunes Metteurs en scène 2016Comme dans « 2 h 14 » de David Paquet mise en scène par Marie-Line Vergnaux, un spectacle précédent participant à ce prix des jeunes metteurs en scène, Jeux d’enfants de Robert Marasco explore aussi le mal-être adolescent et ses rapports avec le monde des adultes. Ici, nous nous trouvons dans le huis clos de l’institution religieuse, dans un monde exclusivement masculin. On sent que Dorothée Deblaton est très influencée par une vision cinématographique de l’organisation de l’espace et de la direction d’acteurs. Si les adolescents sont incontestablement au centre de sa mise en scène, elle les transforme en « fantômes » qui viennent hanter le lieu de façon sournoise ; ils font preuve d’une sauvagerie inexpliquée qui va jusqu’à la crucifixion de l’un d’entre eux. Les adolescents n’existent que dans la parole de leurs enseignants qui s’interrogent « sur ce qui cloche chez eux » sans entrevoir la moindre solution. À la bienveillance du prof de français qui frise la démagogie répond la rigidité du prof de latin-grec. C’est sans doute dans l’affrontement de ces deux hommes et de leurs points de vue opposés sur l’éducation qu’il faut chercher les raisons du mal-être des adolescents. Ces derniers ne font que traduire en actes leur rivalité qui s’exprime à travers la perversion de l’un et l’intransigeance obstinée de l’autre.

L’envie et la jalousie des deux professeurs se trouvent au centre de l’intrigue. Les deux hommes suscitent tour à tour l’empathie ou le rejet. Se met ainsi en place un jeu pervers qui finit par contaminer l’ensemble de l’établissement. Ici, la perversion des adultes devient la métaphore du mal à l’oeuvre dans le comportement des jeunes. Cette position morale qui oppose le bien et le mal nous paraît un peu réductrice de ce que représente réellement les enjeux d’un comportement pervers. Cependant, ce bémol ne diminue en rien les qualités de metteure en scène de Dorothée Deblaton qui sait s’emparer de cette matière pour tirer la fable vers le thriller, tout en ménageant le suspense des situations.

Jouant sur les ellipses du discours, elle aborde l’histoire en travaillant les situations en creux, en opposant l’omniprésence des professeurs laïcs ou religieux et la présence fantômatique des élèves. Dirigeant ses acteurs avec beaucoup de rigueur, elle réussit à maintenir jusqu’au bout la tension à la fois dans le jeu et dans la narration.

Jeux d’enfants
De Robert Marasco
Adaptation : Dorothée Deblaton et Charles Perine-Fichet
Mise en scène : Dorothée Deblaton
Scénographie : Lélia Demoisy
Création sonore : Nicolas Signat
Création Lumières : Éric Charansol

Avec Bérenger Anceaux, Jonas Bloquet, Thimothé Boeda Binant, Philippe Catoire, William Chenel, Nathan Dunglas, Nicolas Gy-Guigou, René Hernandez, Jérôme Keen, Anthonin Lesson, Jean-Philippe Mas, Charles Perinel-Fichet

Durée : 1 h 15
Prix Théâtre 13 -Jeunes Metteurs en scène
Du 14 Juin au 1er Juillet 2016

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest