Théâtrorama

« Un être existe par le Monde, qui vous est inconnu et, soudain, en une seule rencontre, avant de le connaître, vous le reconnaissez. » Après Gaston Bachelard, des voix d’inconnus, les mêmes et différentes, racontent et dessinent à leur tour l’inconnu, cet Autre qui se présente avec sa capitale anonyme. Devant le rideau, des comédiens et leurs gestes traçant les visages à discerner. Derrière et tout autour de lui, en transparence et en confidences, ils sont déjà des milliers à faire ensemble.

La scène de Françoise Gillard et Claire Richard est une portée blanche, le lieu immaculé où naissent des multitudes d’événements qui pourraient s’appeler « rencontres ». Les cinq comédiens, danseurs d’occasion, figures de l’un et figures de l’autre, sont les cinq lignes d’une partition, ou bien les notes en elle, noires de préférence, autant de rythmes et de césures, de signes où naissent des multitudes de possibilités qui pourraient s’appeler « langages ». Ils ont une permanence en partage : cette certitude physique d’être là et l’épreuve parfois inconsciente de rentrer dans le jeu des croisements, de sentir et de dire l’un à l’endroit et au moment où ils ressentent et disent l’autre.

Et il importe peu que l’autre se définisse à travers des paroles simples, des yeux ou des mouvements, d’un philosophe, d’un penseur ou de toute nouvelle personne croisée par hasard ou par volonté. La règle voudrait qu’il soit tout autant complexe que soi, inscrit dans un réseau de possibles. Il se pense ainsi, « support », « essentiel », « écho », « membrane commune, insaisissable mais encrée dans la rétine » ; il prolonge rêves et silences, rival et soutien qui « empêche et permet ». Il est ombre, la nôtre, la sienne ; il est horizon.

L’Autre, le faire œuvre
Par écran, des inconnus à reconnaître se contentent de miettes de langage. « Oui » ou « Non » pour tout mode de communication se suffisant à lui-même. Sur plateau presque défilant, les comédiens-danseurs écrivent leur espace, le lieu de « l’être avec », en solo, duo, trio ou en groupe, et ils s’inscrivent en lui par la reconnaissance de l’autre. Si l’autre est à soi aussi transparent que le rideau et le mur qui le protègent, s’il est miroir, même diffracté, il faudra alors tenter de faire corps, inventer de nouvelles figures – lignes, triangles et cercles –, comme de faire œuvre, pour le dévoiler.

Dans un coin, un piano attend son musicien, mais toute musique demeure impossible, sauf quand il s’agit de passer par l’autre, d’essayer une danse et de questionner le geste pour comprendre la réponse de l’air passant dans chaque membre, et au contact de cet autre. Ce qui s’articule alors prend les accents d’Antony and the Johnsons et la force des liens familiaux, lutte et perdure aux failles heurtées de Portishead, interroge le voyage et l’amour en langue des signes, grave le texte d’un ballet mutuel.

L’autre, comme ce son qui l’appelle, interroge le « manque », mais il fixe et va au-delà de cette incomplétude initiale. Et il suffit de très peu, d’un rapport a minima pour une approche, violente ou apaisée, de cette nouvelle figure face à soi, qui nous ressemble, qui nous assemble. Naît le théâtre de Françoise Gillard qui laisse s’exprimer en lui tous les autres lexiques artistiques – danse, video, musique –, devenant lui-même le réceptacle et la manifestation idéale de cet Autre.

L’Autre, sur une idée originale de Françoise Gillard
Conception : Françoise Gillard et Claire Richard
Avec Françoise Gillard, Benjamin Jungers, Elliot Jenicot, Claire de la Rüe du Can, Christophe Montenez
Dramaturgie : Albena Dimitrova
Décor : Gilles Taschet
Son & vidéo : Nicolas Faguet
Lumières : Emmanuel Ferreira Dos Reis
(Chanson « L’Autre autrement et pourtant » composée par le groupe BaliMurphy)
Crédit photo : Christophe Raynaud de Lage / collection Comédie-Française

Pour la première fois à la Comédie-Française (théâtre du Vieux-Colombiers) du 5 au 22 février 2015

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest