Théâtrorama

Notre cuisine

Spectacle éblouissant, Notre cuisine se veut une évocation des Kommunalka, ces appartements communautaires mis en place par le régime soviétique dans les grandes villes russes suite à la révolution de 1917. Confisqués aux grands bourgeois et mis à la disposition des classes laborieuses, ils accompagnèrent l’urbanisation de la société.

Des panneaux recouverts de tentures blanches entourent Janna Dimatovna, une vieille femme qui installe tranquillement une table. Une certaine mélancolie habite cette scène très brève, à l’environnement froid, qui va fortement contraster avec la suite. La musique retentit alors pour accompagner la transformation soudaine du décor qui nous dévoile une cuisine partagée avec quelques réchauds et quelques tables. Une douzaine de personnages envahit le plateau dans un joyeux bordel festif et coloré, et sur un rythme qui ne faiblira jamais tout le long de deux heures de chants et de danses interprétés par des comédiens flamboyants.

Il y a là le beau militaire, toujours impeccable et amoureux transi d’une actrice ratée, le couple avec la femme enceinte, qui se disputent sans cesse, le moujik, l’ancien combattant handicapé, et bien d’autres qui apparaissent comme représentatifs de la société russe de l’époque (la pièce se situe dans les années 50). La trame principale voit une entraide de tous les locataires pour que s’accomplisse une histoire d’amour entre deux jeunes tourtereaux. Le manque d’intimité ne semble pas être un frein aux rapports humains parfois tendus mais néanmoins enjoués.

À table !

C’est donc l’amour qui est la trame principale de cette éclatante comédie musicale, étourdissante par sa virtuosité. La mise en scène de Valery Grichko est réglée au millimètre. On ose imaginer en effet la quantité de travail nécessaire pour parvenir à créer un tel mouvement d’ensemble d’une fluidité sans pareille, où jamais aucun déplacement ne semble confus ou inutile. Chaque situation est parfaitement lisible et le spectateur ne perd jamais pied dans cette abondance de caractères, certes assez stéréotypés. Car, si l’on peut émettre un bémol, c’est peut-être sur le côté très léger de cette fantaisie russe qui en oublie le contexte extérieur, comme s’il fallait pour les auteurs nous enfermer dans ce lieu clos afin de nous faire croire qu’il n’y avait rien de mieux que de vivre sous une collectivité contrainte. Au final, un bref retour à la scène du début nous rappelle la pénibilité de la solitude avant que tous reviennent dans un dernier tour de chants symbolisant une certaine idée de « L’âme russe ».

Notre cuisine
Mise en scène : Valery Grichko
Auteur : Alla Korovkina
Avec les artistes de l’Académie d’art dramatique de Saint-Pétersbourg : Evgueni Chabalina, Natalia Yonova, Irchat Baïbikov, Tatiana Korovina, Sergeï Vidrachku, Aliana Latukhina, Igor Novikov, Natalia Prokopenko ou Ekaterina Soloviona, Vladimir Moriakine, Liubov Antsiborova, Sergeï Marlelov.
Scénographie : Anton Agapov
Direction musicale : Vassili Tonkovidov
Chorégraphie : Elena Klioutchareva
Chef de choeur : Anna Dobrotvortseva
Costumes : Marina Agapova
Durée : 2h00mns
Crédit photo : DR

Spectacle vu dans le cadre du Festival Russe au théâtre Toursky

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest