Théâtrorama

Mon traître, adapté et mis en scène par Emmanuel Meirieu

Mon traître – L’héroïsme tombe de son piédestal pour redevenir tristement humain. Réquisitoire puissant de Sorj Chalandon où chaque mot ravive une blessure morale. La trahison d’un ami et de toute une patrie fait basculer l’Histoire dans l’intime. Le traître se fait résistant outre-tombe pour raconter sans se défendre et nous projeter au cœur du conflit irlandais.

Mon traître, adapté et mis en scène par Emmanuel  Meirieu

Entre ire et IRA

La pluie pose le décor derrière ce rideau opaque qui donne à la scène cette couleur intemporelle. La pièce commence comme une légende racontée aux enfants. Il était une fois un prince et une princesse qui vivaient heureux dans leur château. Mais à l’arrivée du premier enfant, les pierres commencèrent à tomber. Au deuxième, l’effritement continuait, et plus la famille s’agrandissait, plus le château tombait en ruine. Le prince, en grand courageux, préféra quitter les lieux. La princesse mourut écrasée par un bloc de pierre et les enfants furent transformés en corbeaux. L’espace se charge d’une dimension mythique qui déplace la pièce dans un no man’s land chaotique.

Le cimetière de Belfast devient le lieu d’un règlement de compte posthume où les plaignants se libèrent par la parole et par le chant du poids de leur déception et de leur incompréhension. Mais l’accusé revient d’entre les morts, en esprit tourmenté qui ne trouve pas le repos, pour livrer sa version des faits qui devient l’introspection d’une vie de combats et de violence.

Mon traître, du roman à la scène

Mon traître, adapté et mis en scène par Emmanuel  MeirieuUne vraie gageure pour Emmanuel Meirieu d’adapter et de mettre en scène en 1h10, les deux romans de Sorj Chalandon, Mon traître (2008) et Retour à Killybegs (2011). Grand reporter à Libération, l’auteur bascule dans le conflit irlandais et fait la connaissance du leader charismatique de l’IRA, Denis Donaldson. Coup de cœur réciproque et rapport filial, le jeune parisien se lie d’amitié et épouse la cause de ce chef naturel. Mais le ciel lui tombe sur la tête quand il apprend la trahison de Tyrone Meehan, avatar de Donaldson. Double jeu du héros qui était un informateur des services britanniques depuis 25 ans. Electrochoc dans tout le pays après la révélation. Jamais le traître ne s’expliquera. Il refusera de quitter l’Irlande et sera assassiné le 4 avril 2006.

Mon traître ne justifie pas Tyrone Meehan. La pièce lui donne la parole dans un huis clos proche du procès où l’accusé à la barre se met à nu après l’intervention d’Antoine (Laurent Caron), le double de Sorj Chalandon, et du fils de Denis Donaldson (Stéphane Balmino). Sorj Chalandon explore des pistes psychologiques pour analyser les raisons de la traitrise. Le fait divers, en cataclysme pour les irlandais, a laissé des questions sans réponses, capables d’ébranler la foi. Aucune légende n’est sans tache. Derrière l’Histoire se cache les ressorts psychologiques tortueux qui constituent les actes de bravoure comme les petites bassesses. La guerre renverse les valeurs et brouille les pistes d’une humanité contradictoire qui a besoin de recul pour comprendre sans condamner. Dans cet espace irréel à l’esthétisme glacial saisissant de beauté, l’orage exprime sa colère comme tout un peuple. Mon traître pourrait être chacun d’entre nous face à son histoire. La prodigieuse interprétation de Jean-Marc Avocat, au bord du précipice à chaque mot, au bord de l’émotion à chaque silence, propulse le spectateur à cœur ouvert dans ce mythe disséqué sous ses yeux.

Mon traître
Texte d’après Mon traître et Retour à Killybegs de Sorj Chalandon
Mise en scène, adaptation Emmanuel Meirieu
Avec Jean-Marc Avocat, Stéphane Balmino, Laurent Caron
Musique Raphaël Chambouvet
Collaboration artistique, adaptation Loïc Varraut
Costumes Moïra Douguet
Maquillage Barbara Schneider, Roxane Bruneton
Son Sophie Berger, Raphael Guenot
Décor, lumières, vidéo Seymour Laval, Emmanuel Meirieu
Crédit photo : Mario Del Curto

Vu au théâtre Joliette Minoterie à Marseille
Du 04 au 29 janvier 2017 au Théâtre du Rond-Point à Paris

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest