Théâtrorama

Mon fric, une pièce cash

Mon fric règle ses comptes avec l’argent roi à travers une existence perçue sous le prisme sonnant et trébuchant des échanges financiers. Un texte riche en réflexion qui évite l’écueil des clichés gratuits. Une mise en scène dynamique qui optimise l’espace de jeu. Des comédiens qui ont du cachet. La recette fonctionne sans spéculation et suscite l’intérêt du public en quelques répliques…

Mon fric de David Lescot, vie à crédit

Du fric-frac au micmac

L’argent en fil conducteur, une gageure qui paye… La version courte du texte s’est étoffée pour répondre à la commande de Cécile Backès, directrice de la Comédie de Béthune et metteur en scène de Mon fric. La pièce devient le récit d’un homme, qui traverse l’histoire et se laisse prendre dans l’engrenage du système économique. De 1972, année de sa naissance, à 2040, les épisodes de sa vie défilent et le relient inexorablement au flux et reflux financier. Si une existence n’a pas de prix, elle a un coût et les valeurs éthiques cohabitent à côté des dépenses courantes. Les relations humaines sont inexorablement imbriquées dans ces opérations comptables qui deviennent des monnaies d’échange affectives.

« C’est bon, hein mon fils, de dépenser son argent »

L’argent deviendrait presque le personnage principal de la pièce. Personnage invisible mais bien palpable, qui suit « Moi » comme une ombre à chacun de ses pas. Bien immatériel qui colore la fraicheur de l’enfance des premières économies réalisées grâce à la petite souris ou à la prodigalité de la tante. Les billets deviennent plus consistants au fil des années pour muer en irrésistible obsession qui sert de moteur aux initiatives mais également de frein, parfois, à l’action. L’argent, il faut le prendre de haut sans jamais le perdre de vue. Un adage qui aveugle ce héros normal du quotidien dans une quête initiatique qui se heurte aux différentes conceptions de son entourage. D’une mère panier percé à un père comptable, l’argent file entre les doigts et la recherche de liquidité guide ses choix de vie.

Mon fric de David Lescot, vie à crédit

Mon fric, ma bataille

Succession de saynètes qui s’enchaînent dans un rythme effréné (le temps c’est de l’argent, pas question de risquer un temps mort), Mon fric fait rimer le coût et le goût des choses dans un défilé de références sociétales qui font écho à l’expérience d’une bonne partie des spectateurs quadragénaires. Des souvenirs d’une époque où l’argent ne polluait pas ou peu l’enfance, de la fierté des premiers achats réalisés avec les premiers petits boulots. L’argent sans autre intérêt que celui qu’on veut bien lui donner commence à grignoter du terrain à l’adolescence pour devenir ce gouffre sans fond qui attire le consommateur possédé par l’avoir. L’actualité résonne en touche discrète pour marteler un changement d’époque qui fait de plus en plus un pont d’or aux enjeux économiques. À mesure que la finance envahit l’espace public, les valeurs du personnage principal évoluent au fil des années. L’être remplace l’avoir pour comprendre que le temps est bien plus précieux que l’argent.

Pile ou face ?

Inflation de fantaisie, « Mon fric » offre un parfait terrain de jeu à cinq comédiens qui multiplient les facéties avec talent. Maxime Le Gall, Pauline Jambet, Simon Pineau, Pierre-Louis Jozan et Noémie Rosenblatt se fondent habilement dans cette mise en scène très fluide qui emprunte à l’univers de bande dessinée pour poser une situation en quelques traits. Drôle et léger, sans se départir d’un fond plus élémentaire que monétaire, Mon fric remet l’argent à sa place pour lui rendre la monnaie de sa pièce.

Mon fric
De David Lescot
Mise en scène de Cécile Backès
Avec Maxime Le Gall, Pauline Jambet, Simon Pineau, Pierre-Louis Jozan, Noémie Rosenblatt
Dramaturgie : Guillaume Clayssen
Assistanat à la mise en scène : Margaux Eskenazi
Espace : Raymond Sarti
Lumières : Pierre Peyronnet
Création sonore : Stephan Faerber
Crédit photo : Thomas Faverjon
Durée : 1h30

Vu au Théâtre de la Criée

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !