Théâtrorama

Le Noël de M. Scrooge de Thierry Debroux

Le Noël de M. ScroogeL’adaptation de l’ouvrage de Dickens, Le Noël de M. Scrooge , convaincra même les moins réceptifs à « l’esprit de Noël ». Monsieur Scrooge est pingre, M. Scrooge ne sourit jamais, M. Scrooge est un vieillard dont tout le monde se méfie. Qu’on se le dise : il est imbuvable. Il aboie plus qu’il ne parle, semble dépourvu de cœur.

C’est aussi sur un homme incroyablement seul que s’ouvre le rideau du Théâtre royal du Parc, à Bruxelles. Il fait glacial dans Londres, quelque part au milieu du XIXe siècle, et M. Scrooge refuse d’aider un miséreux en détresse. Capitaliste jusqu’aux dents, le soir de Noël, il n’autorise pas son employé à quitter plus tôt son poste pour célébrer avec les siens (l’un de ses fils est gravement malade) et l’oblige à revenir au travail le lendemain, dès 6h du matin. Pour sa part, M. Scrooge rentre chez lui et se glisse sous ses draps. Mais voilà qu’un être que tout un chacun connaît sans pourtant ne l’avoir jamais rencontré descend dans sa cheminée. Et voilà que le Père Noël oblige le vieux Scrooge à voyager dans ses souvenirs… Incarné avec brio par Guy Pion, « Scrooge » – plus personne n’adjoint un révérencieux « Monsieur » à son nom, sauf peut-être en sa présence – est bien obligé de faire face à ses démons les plus fallacieux.

Un vrai conte de Noël

Commence là un voyage aussi enchanteur qu’émouvant. Le spectateur découvre un Ebenezer Scrooge haut comme trois pommes et délaissé par son père, un Ebenezer Scrooge jeune adulte qui ne rêve que d’argent, un Ebenezer Scrooge amoureux, mais qui laisse filer la femme qu’il aime… Dans des décors toujours très travaillés, les différentes étapes dans la vie de l’homme d’affaires aide à comprendre pourquoi il est devenu ce qu’il est, à l’automne de sa vie : un être mauvais, égoïste et froid. Cette remontée dans le temps se fait, majoritairement, en chansons. L’adaptation de l’oeuvre du grand Charles Dickens par Thierry Debroux flirte avec le registre de la comédie musicale. Conte de Noël oblige, le Père Noël parvient évidemment à faire retrouver la raison à celui qui l’avait perdue, à ce personnage égaré qui s’était détourné de toutes ses valeurs et de tous ses idéaux d’enfant. Le Théâtre royal du Parc se transforme alors en cocon, où malgré la neige sur scène, les cœurs se réchauffent et où malgré la dureté de certaines scènes, tout un chacun le sait : le bien n’est jamais loin. Et les rennes du Père Noël, qui volent au-dessus des planches, sont aussi là pour le rappeler.

 

Le Noël de M. Scrooge
De Thierry Debroux
D’après Charles Dickens
Mise en scène : Patrice Mincke
Crédit photos : Zvonock

Jusqu’au 31 décembre, au Théâtre royal du Parc à Bruxelles

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest