Théâtrorama

Le Livre de la jungle – adaptation de Thierry Debroux

Le Livre de la jungle – adaptation de Thierry Debroux« Hakuna matata ! » s’écrie une petite fille dans le public, bien installée dans un fauteuil rouge du Théâtre royal du Parc. Sa mère tire affectueusement sa couette blonde : « Loupé ! Ce n’est pas le Roi Lion qu’on va voir ! » Pourtant, dans Le Livre de la jungle, les mêmes ingrédients sont réunis : des animaux en pagaille, qui parlent, qui raisonnent, qui mitonnent, qui marmonnent, qui se bidonnent, une savane aussi inhospitalière qu’envoûtante, des gentils, des méchants, des petits et des grands. C’est une savoureuse comédie musicale qu’a mise sur pied Thierry Debroux, le grand manitou du lieu. Les chansons, elles, ont été composées par Philippe Tasquin, interprète du boa, Kaa. Tout au long du spectacle, il oscille entre les marques d’affection envers Mowgli, ce garçon qui a perdu sa mère et a été recueilli par une louve, et l’envie dévorante de… le dévorer tout cru. Mais Mowgli, ce « petit d’homme », et non « petit homme », a bien du mal à comprendre ce qui lui arrive quand, adolescent, il se voit obligé de retourner au village, lui qui se sait ni parler (il n’a appris que le langage des animaux, qu’il maîtrise à merveille), lui qui ne connaît rien aux codes des hommes (qui ne sont absolument pas les siens), lui qui marche à quatre pattes.

Condition humaine

Le Livre de la jungle – adaptation de Thierry DebrouxChaque comédien, sauf Mowgli et les villageois, porte au-dessus de son front la tête d’un animal, géant, imposant. Les loups, les singes, le boa, le tigre, l’ours, la panthère : tous sont là, se meuvent sur une scène aux décors surprenants – une jungle souvent minimaliste, qui pourtant retranscrit parfaitement l’atmosphère de cette nature luxuriante à laquelle Mowgli et ses frères, les animaux, appartiennent. Ces masques sont immobiles, figés ; cependant, on jurerait que selon les situations, les scènes, leurs traits sont plus ou moins tirés, plus ou moins rieurs ou plus ou moins sérieux. Peut-être est-ce simplement là une illusion, car les visages des dix acteurs-chanteurs, eux, sont bien visibles et leurs expressions se reflètent sur les animaux qu’ils incarnent. Ce spectacle a aussi donné l’occasion à Thierry Debroux de replonger dans son enfance quand, à six ans, son institutrice maternelle lui a demandé de jouer le rôle de Baloo, le gentil ours qui aime Mowgli autant que le miel, acclamé par tous. Ce niveau de lecture supplémentaire (le spectacle s’ouvre et se ferme notamment avec des scènes mettant en lumière « Madame Christine », professeure au grand coeur qui a depuis rejoint les étoiles) rend la pièce d’autant plus émouvante. Adapté pour les enfants dès cinq ans, ce spectacle offre ainsi à tous une parenthèse musicale enchantée qui, comme toute fable, invite à réfléchir à la condition humaine, aux préjugés, à l’attention que l’on porte aux autres. L’auteur Rudyard Kipling, lui, a parfaitement su attirer celle de bon nombre de générations.

 

Le Livre de la jungle
De Rudyard Kipling
Adaptation : Thierry Debroux
Avec Jolijn ANTONISSEN, Pierre BODSON, Anne-Marie CAPPELIEZ, Didier COLFS, Emmanuel DELL’ERBA, Daphné D’HEUR, Fabian FINKELS, Antoine GUILLAUME, Philippe TASQUIN, Gaëtan WENDERS
Mowgli, en alternance : Andrei COSTA, Dario DELBUSHAYE, Issaïah FISZMAN
Les petits loups, en alternance : Alexandre ANDERSEN, Baptiste BLANPAIN, Ava DEBROUX,
Arthur FRABONI, Martin GEORGES, Laetitia JOUS, Julia ORENBACH, Andrea SCHMITZ, Ethan VERHEYDEN
Crédit photos : Théâtre Royal du Parc

Au Théâtre Royal du Parc jusqu’au 19 mai

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest