Théâtrorama

Une véritable récréation au Théâtre de la Toison d’Or, avec ce spectacle de Zidani, qui donnerait presque envie de retourner sur les bancs de l’école…

Il y a du nouveau au collège Sainte-Jacqueline de Compostelle… la préfète, Mlle Célestine Bernstein a pris une retraite bien méritée, un épisode raconté dans le précédent spectacle Va-t’en savoir. Arlette Davidson, nouvelle directrice dans le vent des nouveaux préceptes d’éducation, commence à peine qu’elle est déjà « fatiguée, fatiguée, fatiguée ». Et le public, lui, est ravi, ravi ravi de cette galerie de professeurs, tous plus déjantés les uns que les autres. Entre Magda, le professeur de néerlandais en croisade pour enfoncer la linguistique dans le cerveau des élèves. Monique Canaris, le professeur de chant qui transforme la salle en chorale improvisée. Et le retour de Chantal Trognon, professeur de physique à peine sortie de l’asile et encore complètement fêlée. Entre les profs qui jouent la dissidence et les élèves psychédéliques, Arlette Davidson va avoir bien du mal à tenir la barre.

L’école du rire…
Spectacle après spectacle, Zidani est en passe de devenir une véritable institution en Belgique. Une vision de l’enseignement qui mériterait la palme et une présence scénique qui suffit à secouer le spectateur d’un gloussement qui se transforme en rire, en moyenne toutes les minutes. Avec un humour qui flirte entre le burlesque et un comique sulfurique, Zidani ne se contente pas d’enchaîner les sketchs. Le public est pris dans les filets de l’histoire et s’accroche aux personnages. Complicité avec la salle qui devient, le temps d’un spectacle, les mauvais élèves de Sainte-Jacqueline de Compostelle.

Seule en scène, mais pas sur écran où ses complices interviennent dans des scènes filmées, projetées comme des intermèdes, le temps pour elle de se mettre dans la peau d’une autre loufoquerie. Transformiste de talent, chanteuse qui pousse des vocalises et entraine avec elle une salle conquise, comédienne qui s’inspire de son ancienne expérience de prof pour puiser dans ses interprétations au vitriol que l’on boit sans hésiter, auteur dont on espère prochainement la suite de l’histoire, Zidani est certainement le remède naturel contre l’absentéisme à l’école et contre la morosité scolaire. Les profs et les élèves apprécieront, les autres se rappelleront leurs vertes années en se laissant entrainer dans une chenille qui redémarre en fous rires.

La rentrée d’Arlette
De et par Zidani
Texte et mise en scène Zidani et Patrick Chaboud
Mise en espace et direction d’acteur Gudule
Création éclairage Alain Collet
Chorégraphie Nathalie Boulanger
Décor sonore Bernard Scheyen, Bernard Vancraeynest, Sébastien Mercial
Musiques Nicolas Scheyen et Bernard Vancraeynest
Vidéo Noamir Production et son équipe
Construction décor Goedsels
Régie générale Sébastien Mercial
Production Akhénaton asbl et La Compagnie du chat Noireau en co-production avec Mazal asbl

Du 11 novembre au 15 décembre, au Théâtre de la Toison d’Or
Du mercredi au samedi à 20h30

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest