Théâtrorama

Juke box

Sept personnages en quête de fun… Et beaucoup de pop dans la rame pour passer 1h30 de délire collectif. Le spectacle n’est pas sponsorisé par la STIB mais transporte pourtant le public dans un univers parallèle qui lui fait redécouvrir le plaisir de fraterniser dans le métro.

Il suffit de trois fois rien pour en faire quatre fois plus. La simplicité du synopsis est un point de départ qui va vite partir en zigzag et en gags généralisés. Une poignée de personnages est coincée dans une rame de métro le soir du réveillon de Nouvel An. L’impatience compréhensible mène au dérapage, d’autant que chacun représente un archétype bourré d’artifices, pour exploser en apothéose à un moment de la pièce. De la black ultra sexy, au Flamand loufoque, de la flic un peu camionneuse pro des armlocks, à la bobo citadine, du gay fashion fan de Dalida, à la vieille Pythie bien allumée, chacun possède les moyens de vous faire rire jusqu’au supplice des abdos douloureux. Vous rajoutez des scènes musicales en intermèdes déjantés, comme une cerise sur le gâteau, et vous obtenez une comédie bien secouée.

resize_1417775709

 

Zazou dans le métro…
Derrière le fil conducteur de la pièce, huit auteurs tirent les ficelles pour nouer l’intrigue. Un pari proposé par Dominique Bréda et Nathalie Uffner et qui fait du texte un patchwork où chacun a réalisé une partie. Laurence Bibot, Riton Liebman, Marie-Paule Kumps, Myriam Leroy, Alex Vizorek, Sébastien Ministru Delphine Ysaye et Dominique Bréda se sont donc passés le relais de l’écrit pour ficeler le canevas de la pièce. Le résultat est parfois en dents de scie dans le rythme, mais la virtuosité des comédiens et les bons mots en cascade nous font oublier les baisses de régime. La pirouette finale permet de retomber habilement sur ses pieds.

Les flottements de l’intrigue sont compensés par les scènes dansées, ambiance show devant avec des chansons qui font partie de la programmation rituelle du Nouvel An : Prince, Plastic Bertrand, Queen… Autant de bons vieux tubes qu’on écoute toujours avec plaisir, surtout quand une troupe de joyeux lurons réinterprètent ce répertoire classique. Un peu plus, ça donnerait presque envie de se retrouver enfermé dans cette boîte de nuit improvisée.

Juke Box
Ecriture : Laurence Bibot, Dominique Bréda, Marie-Paule Kumps, Myriam Leroy, Riton Liebman, Sébastien Ministru, Alex Vizorek et Delphine Ysaye
Avec Julie Duroisin, Stéphane Fenocchi, Emmanuelle Mathieu, Aurelio Mergola, Christel Pedrinelli, Bwanga Pilipili, Pierre Poucet et la participation de Marie Braam
Idée originale et mise en scène : Nathalie Uffner
Assistanat : Justine Géradon
Scénographie : Thibaut De Coster et Charly Kleinermann
Chorégraphies : Bruno Boubert
Création lumières : Alain Collet
Décor sonore : Laurent Beumier
Jusqu’au 09 janvier, du mercredi au samedi à 20h30 au Théâtre de la Toison d’Or

 

Vous pourriez aimer çà


  1. J’ai voulu aller la voir mais je l’ai loupée et la critique me fait regretter ce rendez-vous manqué. J’espère qu’elle rejouera, … et pourquoi pas en Avignon cet été ?

    Muriel / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !