Théâtrorama

La mort était en blanc

Fondée par Frank Sœhnle et Karin Ersching, le Figuren Theater Tübingen est une compagnie allemande qui cherche à explorer la relation entre marionnette, objets, arts plastique et musique, à la recherche de nouvelles formes théâtrales.

Salto Lamento (Lamentations diaboliques), leur dernière création est inspirée des Danses macabres du moyen âge et de poètes comme Rilke. Ce spectacle est conçu comme un poème visuel fait de multiples personnages, rencontrant tour à tour la mort dans une valse menant à la transe macabre. Chaque marionnette, aux nébuleuses intentions, tire les ficelles du fatum avec entrain ou autorité sur la musique interprétée en direct par Johannes Frisch et Stefan Mertin.

Frank Sœhnle, marionnettiste virtuose, virevolte d’une marionnette à l’autre avec la grâce d’un papillon, et donne vie tour à tour à la mort en robe de mariée, au diable mélancolique, au mouton valet des morts, mais aussi aux diables, chevaux, grouillons et servants de l’ombre… Au centre de ce monde des ténèbres, le diable, qui retire son masque et laisse s’exprimer sa mélancolie, palpables lamentations…

diagonale

Saut périlleux et danse des morts
Ces marionnettes n’en finissent pas de nous subjuguer par la variété de leurs expressions, elles se métamorphosent à vue, retirent leur masque et montrent leur âme, ou retirent encore leur membres pour les prêter à d’autres…Mais il n’y a pas véritablement d’histoire si ce n’est que le fil ténu de la vie animant cette danse des morts. Il y a une immense poésie dans l’esthétique de ce spectacle. Les personnages sont beaux (même dans la laideur) et attachants, drôles souvent, tel le valet mouton, qui époussette jusqu’aux fils des marionnettes.

On admire la maîtrise et la fluidité de Frank Sœhnle, incroyable illusionniste, dont la complicité avec ses musiciens parachève le tableau idyllique. Une seule question cependant pour ceux qui, avertis, pourraient attendre davantage. Le texte tuerait-il la magie visuelle ? Que nous raconte-t-on au delà de la fascination qu’exerce ces personnages sur nos âmes de mortels ?

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »]
Salto Lamento
Figuren theater Tübingen
Allemagne
Spectacle présenté lors de la 5e Biennale Internationale des Arts de la Marionnette
Du 24 avril au 24 mai 2009
Mise en scène et manipulation : Frank Sœhnle
Avec : Frank Sœhnle, Stefan Mertin et Johannes Frisch
Musique : rat-n-X (Johannes Frisch et Stefan Mertin)
Lumières : Karin Ersching
Assistant chorégraphe : Karin Ould Chih
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest