Théâtrorama

Après le succès d’Accidents en 2008, le Théâtre des Alberts de l’Ile de la Réunion revient au Tarmac avec Sakura. Subtile et poétique.

« J’ai décidé de pousser comme une ronce, mais de pousser ». Aujourd’hui, Sarah fête ses 15 ans. Malgré sa détermination, la fillette a le bourdon. Elle souffre de la démission de son père, ancien marchand d’oiseaux qui « brille par son absence ». Sarah ne peut pas non plus compter sur sa mère, personnage quasi désincarné et paralysé dans des souvenirs nostalgiques. La fillette n’a pour seule compagnie que son rat Darwin, qui lui tient compagnie.

Fascination pour la mort

crédit photo Eric Legrand
La pièce revient sur les blessures et les tristes réminiscences d’une adolescente qui finit par péter un câble. D’ailleurs, son suicide, Sarah s’est amusée à l’orchestrer. Et pas qu’une fois. Son journal intime énumère vingt-deux façons de mourir. Pour accompagner les troubles de cette gamine paumée et fascinée par la mort, la mise en scène mêle judicieusement les artifices : marionnettes, jeu d’acteur (la mère), musique métal, ombres, flash-back et vidéo… Les panneaux, tantôt fantasmagoriques et gore, tantôt intimistes et lyriques, s’enchaînent magnifiquement. La poésie jaillit des tréfonds de cette jeune âme déboussolée.

Au final, elle nous attendrit, cette marionnette aux accents gothiques. Certes, elle est à l’ouest et parfois cruelle. Mais elle est désarmante. Elle nous saisit d’effroi quand elle tient ferme un couteau, prête à découper… son gâteau d’anniversaire. Ou quand elle délire sur son skateboard puis zigouille avec frénésie tous les oiseaux en cage élevés par son père. Vincent Legrand, à l’initiative de l’écriture de la pièce avec Isabelle Martinez, avoue s’être inspiré de l’univers du photographe chinois Shang Peng pour construire le personnage troublant de Sarah. Même silhouette chétive, même teint diaphane, même regard charbonneux. Certaines scènes font jeu de miroir, comme celle du gâteau d’anniversaire.

Sakura décrit avec beaucoup de finesse, sans sombrer dans le pathos, les vertiges d’une adolescente, qui tente de se construire « malgré les manques, les déséquilibres, les frustrations et les mauvaises donnes ».

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] SAKURA (site web)
Théâtre des Alberts
Ecriture Isabelle Martinez et Vincent Legrand, collaboration Martial Anton
Mise en scène Martial Anton
Avec Isabelle Martinez, Fabienne Kienlen, Stéphane Deslandes, Vincent Legrand
Conception et fabrication des marionnettes Alexandra-Shiva Mélis
Jusqu’au 15 mai 2010
A 20h. Samedi 15 mai à 16h
Au Tarmac de la Villette
Parc de la Villette, 211 avenue Jean Jaurès, 75019 Paris
Réservations : 01 40 03 93 95
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest