Théâtrorama

Parmi les cent cinquante six contes d’Andersen, la compagnie Daru a choisi d’adapter ce conte exotique, émouvant et gai à la façon d’une bande dessinée marionnettique, inspirée par l’iconographie populaire chinoise des XIX et XXème. Un petit bijou d’esthétisme et de poésie.

Dans le palais de l’empereur Zao, les jours s’écoulent paisiblement au fil des saisons. Mais un jour le chant pur et mélodieux d’un rossignol vient bouleverser la vie de la cour. L’empereur est captivé par la beauté de ce chant qui touche le cœur. Il verse une larme, comme un diamant pour le rossignol, qui, honoré, accepte de rester au palais et de chanter pour lui. Le rossignol, petit passereau aux couleurs ternes, est adulé, il devient une star. Jusqu’au jour où un automate serti de pierreries est offert à l’empereur. Sa mécanique répétitive est inépuisable, le rossignol est banni. Mais le robot finit par s’enrayer et explose, la médecine est impuissante devant ce genre de « maladie ». Sans le chant divin du rossignol, le malheur s’abat sur le palais. L’empereur se meurt rongé par le remords. Dépourvu d’amertume, le rossignol céleste revient chanter aux fenêtres de Zao, la vie reprend. Quelque part un chant d’oiseau, libre, s’en va, s’en vient… car comme le conclut l’histoire « On ne peut pas vivre sans un petit oiseau dans sa tête ».

L’empire du vivant
Alors que la pièce célèbre le vivant et la victoire du rossignol de chair et de sang sur la machine, Daru nous démontre une fois de plus la toute puissance de l’art marionnettique. L’objet dédié, lorsqu’il est animé de mains expertes et sensibles prend vie de façon quasi métaphysique et saisissante de vérité.

Trois comédiens pour une dizaine de marionnettes : l’empereur Zao imposant par sa taille et les ministres, le chambellan et la servante Li, pantins articulés manipulés à la table..

L’empereur est une marionnette immense dont les faibles hochements de tête et mouvements de bras expriment un certain immobilisme, voire conservatisme. Les ministres sont les « pantins» de ce pouvoir, et si leurs mouvements sont plus libres, ils sont en réalité enfermés dans la rigueur du protocole et terrifiés par ce monarque qui menace de leur « marcher sur le ventre » à la moindre défaillance. Témoins en sont leurs mains et leurs visages aux traits figés et leurs profils pivotants qui n’offrent que deux alternatives émotionnelles. Leur voix et inflexions accentuent leur caractère et leurs défauts, qui, marqués à l’extrême les rendent irrésistiblement drôles.

Par opposition, les différentes marionnettes utilisées pour le rossignol sont empreintes d’une fluidité de mouvement connotant sa liberté d’agir et de chanter. Celle de la servante Li, dont le visage est une reproduction estampe chinoise du XIXème, est un ravissement.

Quatre paravents coulissants, en lisière de scène, dansent et construisent les différents épisodes de l’histoire. Ils offrent également de magiques instants de théâtre d’ombre, art dans lequel Daru excelle. La poésie éclate dans ces moments de grâce où la musique et l’image prennent tous leurs droits.

L’esthétisme de ce spectacle – mis en exergue par une musique épique et exotique faisant résonner gongs et cymbales (signée Philippe Angrand) – porte l’émotion de l’intrigue théâtrale au service de cette fable morale du XIXème siècle, à la fois épique, exotique, intime et symbolique faisant étrangement écho à la vie moderne et au remplacement quasi systématique de l’humain par la machine. A l’instar de la mélodie enchanteresse de l’oiseau céleste, cette pièce touche l’esprit et les sens .

[slider title= »INFORMATIONS & DETAILS »] Le rossignol de l’empereur de Chine Zao (site web)
D’après le conte de Hans Christian Andersen
A partir de 7 ans.
Adaptation et Co-mise en scène : Nicole Charpentier
Co-mise en scène et Interprétation : Christian Chabaud
Interprétation et assistant réalisation : Nicolas Charentin
Musique et Interprétation : Philippe Angrand

Les mercredis et samedis à 16h
Et du mardi au samedi pendant les vacances scolaires
Du 20 avril au 19 juin 2010

Au Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre-Dame des champs, 75006 Paris.
Réservations : 01 42 22 26 50
www.polemarionnette.com
[/slider]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest