Théâtrorama

L’édition 2015 de MIMOS, plus grand festival des arts du mime et du geste en Europe et unique en son genre en France, se tiendra du 27 juillet au 1er août. Créé en 1983 en hommage au mime Marceau qui a vécu dans le Périgord, il demeure l’occasion d’un rassemblement festif et de moments de partage autour d’un art pluriel accès sur le corps et le mouvement. Il proposera cette année plus de 180 représentations (dont six créations, deux mondiales et un inédit en France), données à Périgueux et dans les communes environnantes par vingt-trois compagnies programmées dans le IN et une vingtaine de compagnies programmées dans le OFF.

Chantal Achilli, la directrice du festival, nous parle d’un festival en pleine maturité, fort d’une large ouverture à l’international et qui a su, durant ses trente-trois années d’existence, se renouveler et s’ouvrir à d’autres expressions artistiques, s’inscrivant ainsi au carrefour de plusieurs disciplines et de formes émergentes.

En tant qu’« Internationale du Geste », le festival MIMOS dépasse les frontières, qu’elles soient artistiques ou géographiques. En effet, l’édition 2015 accueille des artistes et des compagnies françaises, mais aussi belges, espagnoles, anglaises, finlandaises, néozélandaises… Pourriez-vous nous en dire plus sur cette volonté très forte qui est la vôtre d’ouvrir le festival à l’international ?
« Depuis sa création, MIMOS est un festival international à travers sa programmation. L’idée est de montrer quelle est la réalité des arts du mime et du geste aujourd’hui, non seulement à l’intérieur de nos propres frontières, mais aussi en Europe et dans le reste du monde, pour pouvoir confronter cette écriture du geste et pour que les publics aient une idée de ce qui se fait et de ce qui est proposé à l’autre bout du monde. Cette année, le festival accueillera plus de dix nationalités différentes. »

Le mime emprunte à plusieurs formes d’art (danse, théâtre, marionnettes, clown…) ; c’est un art pluriel qui trouve son unité à travers l’expression par le corps et l’engagement physique qu’il requiert. Avec MIMOS, vous semblez encore ouvrir le champ artistique, par le recours à la musique, la vidéo…
« Oui, car ce qui prime, c’est la dramaturgie du corps, et comment l’émotion passe par la corporalité. Il peut y avoir des formes plurielles en effet, un croisement de plusieurs genres, le mime étant au carrefour de bien d’autres disciplines, comme le cirque, la danse, les arts numériques, le théâtre non verbal, visuel… La volonté est de montrer au public l’expression qui est faite par le corps, le visage, le geste. Il ne s’agit pas de présenter un spectacle de cirque ou de danse, mais de proposer une forme où le geste est fondateur. »

Trois orientations principales vont dessiner cette édition 2015. Le premier axe met l’accent sur le travail de la jeune création belge. Pourriez-vous nous parler des compagnies et spectacles belges que vous accueillez ?
« Deux très belles formes de spectacles issus de Belgique vont être à l’honneur cette année. Le premier, « Jake & Pete’s Big Reconciliation Attempt for the Disputes from the Past », est une pièce proposée par deux frères, Pieter et Jakob Ampe. Ils ont grandi en Belgique, à Gand où ils habitent encore aujourd’hui, mais ils sont nés au Burundi. Ils proposent une forme loufoque, burlesque et mixte, entre théâtre physique, cabaret, comédie musicale et cirque. C’est une pièce très complète et très joyeuse ! Le deuxième spectacle issu de la création belge s’intitule « Expiry Date » et combine aussi théâtre gestuel, manipulation d’objets, acrobaties… C’est une pièce de la suédoise Anna Nilsson, qui a cofondé la compagnie belge BabaFish, qui porte sur la mémoire et sur le souvenir, le temps qui passe, au cours de laquelle différents objets tombent comme des dominos. Anna Nilsson incarne vraiment la jeune garde féminine de la scène théâtrale belge. Ces deux spectacles sont proposés par de jeunes compagnies émergentes qui devraient provoquer un véritable buzz ! »

EXPIRY DATE. Babafish ∏ Sophie Glossin
Expiry date – crédit photo: Sophie Glossin

Le deuxième axe majeur de l’édition 2015 est la célébration des quarante ans du Théâtre du Mouvement, à travers deux spectacles, dont une création mondiale…
« La création mondiale proposée par le Théâtre du Mouvement, compagnie des arts du mime et du geste dirigée par Claire Heggen et Yves Marc, sera « Alba », qui est librement adaptée de « La Maison de Bernarda Alba » de Federico Garcia Lorca. Yves Marc met cette pièce en scène et joue lui-même Alba, la mère, accompagné par cinq comédiennes. C’est un spectacle très hispanisant, avec une scénographie toute blanche et des costumes noirs. Une création, dit-il, « pour gestes et mouvements ». Quant au deuxième spectacle, « Encore une heure si courte », il a été créé il y a une dizaine d’années par Claire Heggen, mais il a très peu tourné car l’un des comédiens avait malheureusement trouvé la mort dans un accident. Elle le reprend aujourd’hui pour MIMOS. Nous sommes très soucieux de favoriser le travail de transmission, cela fait partie de nos axes primordiaux de développement. L’objectif est donc ici de reprendre un spectacle afin de pouvoir le transmettre à la jeune génération. Il sera interprété par trois jeunes comédiens espagnols qui viennent des Îles Baléares. Il convoque énormément de références, de Buster Keaton à Samuel Beckett, du mime au théâtre d’objets… ce qui en fait une pièce à la fois drôle et poétique, avec une grande virtuosité acrobatique, sur la musique de Georges Aperghis. »

LE SANS NOM_4. Au Fil Du Vent ∏ Isabelle Hamonic
L’île sans nom – Crédit photo: Isabelle Hamonic

L’accent, enfin, est mis sur la volonté de faire participer le public qui est directement invité à « redécouvrir son environnement », dans des spectacles souvent à ciel ouvert – quand l’art du mime rejoint l’art de rue… – et également grâce à différentes actions menées dans les quartiers de Périgueux…
« Cette année, nous invitons une quarantaine de Périgourdins à s’inscrire pour apprendre une chorégraphie, durant trois jours, qui débouchera sur un spectacle qui sera donné dans le IN le dernier jour du festival, le samedi 1er août à 12h30, suivant un parcours imaginé par la compagnie D’Occasion Danse # Paysages. Cette performance chorégraphique, interactive, intitulée « La Foulée », sera l’occasion d’intégrer directement les participants au spectacle, de les mêler aux cinq artistes initiaux. Les ateliers vont permettre de proposer une performance qui se déploiera tout le long de la Voie Verte dans la ville. Participative, elle donnera donc au public la possibilité redécouvrir son environnement. Il s’agit d’une restitution-parcours, d’une « foulée » qui s’accompagnera de moments chorégraphiques fixes. D’autres spectacles seront également donnés directement dans la rue, et le public sera là aussi amené à participer. Ce sera notamment le cas à travers les « portraits chorégraphiques et sonores » de la création « Nous sommes » par la compagnie Jeanne Simone – une première mondiale à MIMOS. Elle convie le public à circuler autour de cette forme en faisant appel à lui, de manière dynamique. »

Festival MIMOS, 33e édition
Organisé par L’Odyssée – scène conventionnée de Périgueux
Du lundi 27 juillet au samedi 1er août 2015
Tous les renseignements, la programmation et les réservations sur le site du festival

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest