Théâtrorama

The Hole, ombre et lumière

The Hole - Hsiao-Tzu TIENThe Hole – Hsiao-Tzu Tien a été invitée en 2016 à la Cité Internationale des Arts de Paris pour développer ses recherches chorégraphiques. À l’issue de cette résidence française, la jeune artiste taïwanaise propose The Hole, pièce entre ombre et lumière qui scelle un univers très personnel.

C’est une paire de chaussures que l’on ne parvient pas à enfiler. Au cœur du quotidien, des choses nous échappent. On passe du jour à la nuit pour mieux revenir au jour dans un voyage entre ombre et lumières. Comme des percées dans l’obscurité, les projecteurs dessinent un parcours fantastique. Les danseuses même affichent des contours incertains ; leurs robes à la manière de voiles tour à tour cachent et dévoilent les corps. The Hole, c’est un trou dans lequel on s’enfonce à la manière de Chihiro traversant le tunnel dans le film de Miyazaki. Un conte vaguement inquiétant où une jeune fille cherche à échapper au monde des adultes.

Les cinq danseuses se répartissent des personnages antagonistes, toutes drapées de la même robe (à quelques nuances près dans le chair), qui se distinguent par les accessoires. Il y a celles qui portent des chaussures et celles qui n’en ont pas. Celles qui ont une veste et celle qui la revêt comme on intègre une communauté ; celle aussi que l’on déshabille comme on pourrait la chasser. Les objets donnent des éléments de narration à partir desquels le spectateur rétablit une histoire entre conscience et inconscience. L’ordinaire apparaît comme dérangé. Le téléphone sonne le réveil, il nous introduit dans un quotidien de l’intranquille où les mouvements nerveux s’enchaînent très rapidement et sans fin, jusqu’à l’épuisement.

Les frontières entre rêve et réalité sont poreuses, à peine signifié par d’étranges rituels. Des visions d’enfance déforment notre perception du plateau. Il y a ces jeux de groupe, presque à quatre pattes et ces tentative d’élévations par la portée. La puissance de l’horizontalité appelle toujours la chute et toujours le sol. La terre que les danseuses répandent comme on cherche à enfouir des secrets ou à enterrer le passé interpelle. C’est les pieds nus sur le plateau, en courant au besoin que les danseuses font corps et embrassent la peur. Par delà les mouvements intranquilles, la danse apparaît comme émancipatrice.

 

Festival off d’Avignon

The Hole
Chorégraphie : Hsiao-Tzu Tien
Interprètes : Ya-Chun Yang, Bo-Ling Pan, Ning Wang, Ya-Yuan Chang, Hsiao-Tzu Tien
Lumières & Régisseuse générale :I-Hua Kao
Scénographie : Cheuk-Lam Chiu Hiu
Création sonore : Yu-Der Lin
Costumes : Juby Chiu

Au CDC – Les Hivernales à 21h45

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest