Théâtrorama

Festival Off d’Avignon – La Tête des porcs contre l’enclos

La Tête des porcs contre l’enclos- Festival OFF d'Avignon La Tête des porcs contre l’enclos, titre énigmatique s’il en est, est une invitation à un voyage. Celui d’une résilience et des racines d’un mal toujours présent, mais plus empêchant. Devenue adulte et amoureuse, une jeune femme se souvient des douleurs de son enfance. De la chambre à la salle de bains, du lit à l’extérieur, elle replace chacun des drames de sa vie dans un espace tout à la fois concret et mental. Les fils des souvenirs de son enfance tissent une toile. Celle d’un être qu’un relation violente peut-être incestueuse (on ne saura jamais bien qui du frère, du père, de l’oncle) a meurtri dans sa chair cette enfant.

Sur le plateau, dans une scénographie faite de courbes et d’angles, les arts dialoguent et s’entrechoquent sans jamais porter à l’un d’eux plus particulièrement l’attention du spectateur. L’auteure et metteur en scène Marine Mane, tout d’abord. Son écriture chorégraphique et textuelle est d’une rare force. Sur le blanc du plateau, elle trace un trajet vers le mot et le geste le plus juste. Tout comme les dessins, réalisés en direct, par Vincent Fortemps. L’artiste puise dans une eau teintée d’encre noire. Les formes dessinées, projetées sur le fond du théâtre, sont autant d’images mentales qui, elles aussi, résonnent au plus profond de nos pensées. Elles sont accompagnées par la musique vibrante de Christophe Ruetsch. Enfin, le corps puissant du circassien et danseur Lucien Reynes cherche le point de rupture celui de la chute, de l’impact insoutenable, de la courbe écrasante. Sa danse seule est à l’image du spectacle : rien d’appuyé mais au contraire, une puissance qui tire sa force dans la sensibilité et la poésie.

La Tête des porcs contre l’enclos – Retour à l’enfance et ses heurts

La Tête des porcs contre l’enclos- Festival OFF d'Avignon Marine Mane ponctue son texte de cinq points d’impact comme autant d’actes de cette tragédie intime. Et il fallait toute la délicatesse de cette jeune auteure et metteure en scène pour réaliser un tel spectacle. Son écriture est sans concession, sans appel mais pas sans poésie. Elle l’a, comme le travail d’écriture scénique, une nécessité. Celle de dire pour exister. Marine Mane nous amène aux fondamentaux du théâtre : donner un espace et un temps, celui de la représentation, pour tendre à la cité un miroir ou une loupe, c’est selon, et lui montrer

Et comme les ecchymoses sur son corps qui ne cessent d’apparaître, le spectacle de Marine Mane nous marque, profondément et durement. Et ces fils, tracés sur ces corps qui s’imbriquent, nous relient à ce spectacle. On y revient, bouleversé, pas tout à fait indemne mais conscient que l’on y a puisé une force vitale inouïe.

La Tête des porcs contre l’enclos
De Marine Mane
Interprète(s) : Marine Mane, Vincent Fortemps, Lucien Reynes, Christophe Ruestsch
Dramaturge : Cathy Blisson
Lumières : Thomas Costerg
Décor : Bérangère Naulot
Durée : 1h05

Crédit photo:  Caroline Ablain

Festival OFF d’Avignon – Caserne des Pompiers-Festival à 20h30 jusqu’au 26 juillet

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest