Théâtrorama

Ici dans le sud on ne dit pas le cochonnet, on dit le bouchon…

Et toute l’ambiance est de mise : une piste de pétanque, un banc, un violoniste, et des boules, de pétanque… dans le fond de la gorge. Dans cette création de Philippe Chuyen, quatre joueurs sont en scène. Tous les quatre portent sur eux des stigmates de la guerre d’Algérie. Au fil du jeu, ils livreront leur vérité, ils s’opposeront et se ligueront sans censure émotionnelle, et ils auront à cœur de terminer la partie sur ce terrain qui les rassemble et les unit.

C’est du passé mais ça ne passe pas…
Ce texte est pour certains l’occasion de découvrir la mémoire de cette période, pour d’autres qui l’ont connue, ce sont des retrouvailles. Mais pour les uns comme pour les autres, c’est un rendez vous émotionnel avec une quête de sens identitaire. Cette affirmation de l’identité comme une valeur universelle en perpétuelle évolution est un enjeu qui peut s’exprimer, le temps d’un théâtre et après (souhaitons-le) en confrontation pacifique et joyeuse de la particularité de chacun, en évitant le piège d’une nature conflictuelle qui ne sert que les puissants.

Chacun s’y retrouve, toutes identités confondues, comme un défi à transcender celles-ci pour arriver à celle commune à tous, celle où on a « mal à l’Algérie comme on a mal au poumon » (Camus), celle où chez tout le monde quand ça fait mal ça fait pareil, ça fait aie.

Les Pieds tanqués
Auteur et mise en scène : Philippe Chuyen
Avec Sofiane Belmouden, Philippe Chuyen, Gérard Dubouche, Thierry Paul
Musique : Jean-Louis Todisco
Jusqu’au 26 juillet à l’espace Présence Pasteur à 14h25

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest