Théâtrorama

Créé en 2018, Näss, en arabe, qui signifie « les gens », est certainement l’une des propositions de danse les plus fortes proposées en Avignon cette année. Sur scène, sept danseurs hommes, se jettent à corps perdu dans une danse rythmée, au son de musiques mêlant tradition gnawa et musique électronique. 

Hip-hop et soufisme 

Le hip-hop  sur les scènes de danse contemporaine est, bien sûr, devenu un langage courant et reconnu institutionnellement. Mais souvent, l’intégration de mouvements caractéristiques de cette danse urbaine fait problème. Utilisée avec maladresse, elle s’inscrit difficilement dans les dramaturgies. Elle s’en tient à une performance pure. Chez Fouad Boussouf, au contraire, le hip-hop est utilisé de telle manière qu’on le découvre comme un vocabulaire de gestes qui peut nourrir une chorégraphie complexe et subtile. Il n’est pas citation, mais fait partie d’un ensemble de possibles du langage dansé.

Un pied posé à plat tape le sol tandis que l’autre l’affleure  sur la pointe. La jambe fléchie lui répond par le silence. Ce rythme binaire semble être un élan de vie, un rythme et un geste qui offrent la possibilité à la danse, au souffle et plus largement à la vie. Les danses traditionnelles du Maghreb sont la structure du spectacle. Régulièrement les sept danseurs se retrouvent et forment un halka, ces cercles de spectateurs qui entourent un conteur, un acrobate, un danseur sur les places des villes du Maroc. L’entourant, l’invectivant, l’encourageant, ceux qui l’entourent, rendent le danseur meilleur, il puise en eux la force de danser plus vite, de taper le sol plus fort, de sauter plus haut. Si les solos sont réussis, force est de constater que ce sont les danses de groupe qui nous transportent. Le dos courbé, les bras levés en cercle, les mains cassées paumes vers le ciel, les danseurs battent le rythme de leur pied. 

Une ronde hypnotique se met aussi en place. Les danseurs soulèvent leur tee-shirt et le place sur le visage. Chacun tire le coin ce celui de son comparse. Très lentement, comme suspendus les uns aux autres, les danseurs forment un être hybride, inconnu, anonyme et pourtant nourri de chacune de ces individualités. Le silence revenu sur scène, cette variation de gestes tendres, allongés nous hypnotisent. 

Un « être » dansant

Devenue transe hypnotique, tant pour ceux qui la regardent que pour ceux qui la pratique, la chorégraphie de Fouad Boussouf, nous a emporté fort loin. Non pas tant au Maroc, malgré toutes les références précises que nous donne le chorégraphe, qu’à un état premier de la danse : une joie collective, une performance qui fait aller plus loin que l’on se croyait capables, un possible vivre ensemble dans l’entraide, le regard bienveillant. Si cette danse est si forte, si elle semble être atemporelle et universelle, c’est certainement parce qu’elle se nourrit de traditions ancestrales et contemporaines, mais aussi parce qu’elle porte en elle une forme de mysticisme. Fouad Boussouf, sans autre langage que la danse, sans emphase et sans didactisme donne une belle leçon de danse, et se faisant de vie : le syncrétisme est une chance, celle de partager un temps et un espace, plus grands encore que celui de l’exceptionnel spectacle qu’est Näss.  On gardera longtemps l’image de ce groupe d’hommes alignés, épaule contre épaule. Un pied posé à plat tape le sol tandis que l’autre posé sur la pointe et jambe fléchie lui répond par le silence. Ce rythme binaire semble être un élan de vie, un rythme et un geste qui offrent la possibilité à la danse, au souffle et plus largement à la vie. Ils traversent la scène et semblent ne plus avoir à s’arrêter tant ils ont aboli l’espace et le temps.

  • Näss (les gens)
  • Chorégraphie : Fouad Boussouf
  • Interprètes : Élias Ardoin, Sami Blond, Mathieu Bord, Maxime Cozic, Loïc Elice, Justin Gouin, Nicolas Grosclaude
  • Dates de tournée à venir sur le site de la compagnie Massala

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest