Théâtrorama

Écrire par passion des belles lettres, et par Amour surtout…

Beaucoup de choses ont été dites sur la relation de François Mitterrand et Anne Pingeot, qui sera rendue publique quelques temps avant sa mort, en 1995. Dans le « beaucoup » sont apparus durant de longues années ou l’histoire n’était pas officielle, des commentaires cruels, disgracieux, exaltés, intimes.

Dérangeante ou immorale, silencieuse ou politiquement incorrecte, celle-ci a belle et bien existée, et c’est cela qu’il faut retenir dans la mise à disposition qu’a permis Anne Pingeot aujourd’hui.Tous ces non-dits, ces suspicions, n’ont plus lieu d’être désormais, car la faculté d’oublier le « mauvais » pour faire place au « merveilleux » est étrangement humain.


La voix résonnante et enveloppante de Nathalie Savalli

Alors écoutons avec enthousiasme ces belles lettres passionnées et si bien écrites, que nous raconte de sa jolie et affectueuse voix, Nathalie Savalli. Oublions quelques instants, l’homme d’Etat que fut François Mitterrand, l’historienne que fut Anne Pingeot, et concentrons-nous simplement sur l’histoire de ces amoureux.

Après tout, quels que soient leurs noms, leurs âges ou leurs fonctions, ils n’en sont pas moins des êtres dont la vie à basculée un jour de plein soleil, grâce à leur rencontre sur une plage d’Hossegor. L’Atlantique est toujours surprenant, tout comme leur histoire.

A travers les nombreuses lettres qui seront écrites par l’homme, et dont on devine l’écho qu’elles ont dû avoir sur la femme, s’inscrira alors une vraie passion, un portrait littéraire d’Anne croqué par le regard très amoureux de François, et n’en déplaise à certains, ce fut une belle, terrible, parfois cruelle histoire d’amour. 

Nathalie Savalli est surprenante et merveilleuse dans la façon de s’emparer des deux protagonistes. Tantôt elle joue » elle », tantôt elle joue « lui ». Soutenue par la voix Off de Serge Barbuscia, elle nous emmène dans le voyage des amoureux. Sa sincérité est si émouvante, que nous avons le sentiment d’une vraie conversation.

Quel beau naturel pour une lecture qui n’a rien de simple ! À ses côtés, autour et devant elle, une jolie mise en scène signée Frédéric Fage. Tout en douceur, tout en pudeur, quelques images des deux amoureux s’affichent sur grand écran. Puis, presque dans la pénombre, les sculptures de Anne-Pascale Delattre. Pures et caressantes, elles sont là, devant nous, retraçant le roman des corps et des esprits, c’est du moins ce que l’on imagine aisément.

« Tu as été la chance de ma vie. Comment ne pas t’aimer davantage »

Quelle est la personne qui ne vibrerait pas à ses mots ? Si François Mitterrand les a écrits à Anne Pingeot, tous les hommes n’en sont pas capables. Lui si. Il avait la plume exquise, la parole séduisante, le cœur orgueilleux et vibrant d’amour. Ces mots choisis et taillés sur mesure sont merveilleux. Mais ces lettres ont aussi dû faire mal, car le mystère qu’elles transportait, ne fut lisible que par une seule personne. Pourtant à travers l’homme et la vie de Mitterrand, n’oublions pas que les femmes étaient plusieurs… Mais rendons hommage à Anne Pingeot, qui permet à présent cette lecture. C’est bel et bien… son histoire, son amoureux,  son homme, « son très très cher amour… »

  • Lettres à Anne 
  • de François Mitterrand
  • Mise en scène de Frédéric Fage
  • Avec Nathalie Savalli
  • Crédit photo: Carlotta Forsberg
  • Création Avignon 2019
  • Jusqu’au 28 juillet au Sham’s Théâtre à 19h 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest