Théâtrorama

Comment ça va ?  Question ordinaire à laquelle on ne répond jamais honnêtement…

Si Stéphane Guérin, l’auteur de Comment ça va, pose la question, c’est qu’il sait sans doute que l’on n’y répond pas honnêtement. La politesse liée à la banalité à laquelle nous sommes rattachée, fait que nous répondons toujours : « ça va ! ». Ce qui veut dire aussi en sous-entendu : «es-tu heureux ? Mais le texte que l’on découvre, prouve bien le contraire. Nous voici au cœur d’un sujet intéressant qui mérite que l’on s’y arrête, histoire de comprendre où Stéphane Guérin veut nous emmener. C’est peut-être là où la faille survient, car à force de parler de beaucoup de sujets pour répondre à la fameuse question, on se perd facilement dans ce tourbillon de tableaux humains et colorés. Certainement le parti pris de l’auteur, respectons-le, mais cela reste déconcertant, voire agaçant.

Le portrait d’une famille d’aujourd’hui

Nous sommes dans un cocon familial ou la vie est plutôt agitée, où se croisent les difficultés et les bonheurs du quotidien, même si ici, le portrait du moment est amer. Florence jeune cinquantenaire, comédienne, bouleversée par la transition du vieillissement et autres drames qui l’entourent. Paul son mari, qui tente de retrouver du travail non sans hargne, et de faire face à la crise de sa femme « Je pense souvent à d’autres femmes que toi Florence, il faut me pardonner ». 

Leur fils Antoine, surnommé Titou qui décide de se convertir à l’Islam et veut devenir djihadiste. Youssef l’ami d’Antoine qui saute par la fenêtre sans prévenir personne. La meilleure amie de Florence, Patricia, atteinte d’un lourd cancer qu’elle cache par pudeur, et dont le traitement n’est plus remboursé. Son fils Phil, qui drague effrontément Florence la croyant cougar assumée, et dont le père est totalement absent…

Des sujets nombreux (trop ?) à l’écriture affirmée et féroce

Autant de sujets d’actualités très différents, mais qui joints les uns aux autres, n’ont pas le temps d’être affinés, ce qui nous fait douter de leur crédibilité. Chacun de ses héros ordinaires, cherchant à se débattre comme ils peuvent pour s’en sortir, ou pas… Dans cette comédie douce-amère, portée par d’excellents comédiens, une très bonne mise en scène, et une scénographie parfaitement adaptée, on peut juste regretter de survoler les sujets qui tournent autour de la question : Comment ça va ? 

Les personnages bondissent, s’engueulent, sont abattus ou audacieux, mentent par pudeur ou par peur, se posent des questions, mais il manque un ancrage plus profond pour mieux comprendre ce qu’ils vivent. Les scènes sont comme des tableaux qui défilent une à une. C’est fort, mais tout va beaucoup trop vite.

Au départ de la pièce c’est bien. On rentre dans le vif du sujet immédiatement et l’on comprend que la traversée du couple est houleuse et prisonnière d’eux-mêmes. 

Néanmoins, dès lors que l’on traite par exemple de la radicalisation d’un adolescent, cela mérite que l’on s’y attarde autre qu’à travers la porte d’une salle de bain ou d’une discussion sur un canapé. Prendre un peu plus de temps pour aborder de douloureux sujets, et ne pas les survoler en passant vite à un autre. On est assommé dans la vraie vie, et l’on agit alors en conséquence. Peut-être aurait-il fallu en écrire moins, mais leur donner un sens plus profond. Cela n’enlève rien à la qualité de l’écriture, elle est puissante, prenante et messagère.

Il faut saluer la belle présence des comédiens, qui chacun à leur manière jouent sur scène avec délectation. Ils jouent ensemble, et cela se voit. Florence Pernel, Patrick Catalifo, Raphaëline Goupilleau et Pascal Gautier sont au rendez-vous pour porter au plus haut de l’affiche cette dernière pièce de Stéphane Guérin. Ils sont bons, sensibles, drôles, humainement dans le reflet de ce que nous sommes.

De cela, il faut retenir l’adaptation d’un décor sobre, se déployant en vague joliment bien faite, joliment dessinée. On se laisse donc porter par cette question qui revient sans cesse ? comment ça va ? Ça va merci, juste un peu frustré… 

  • Comment ça va ? 
  • De Stéphane Guérin
  • Mise en scène : Raphaëlle Cambray
  • Avec  Florence Pernel, Patrick Catalifo, Raphaëline Goupilleau, Pascal Gautier
  • Scénographie : Catherine Bluwal
  • Lumières : Marie-Hélène Pinon
  • Crédit photos: Pascal Victor/ArtComPress
  • Jusqu’au 28 juillet à 16h10 Théâtre La Luna 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest