Théâtrorama

Les stéréotypes du racisme sous le scalpel de Faizal Zeghoudi… Entre performance et laboratoire expérimental, le titre a déjà la longueur nécessaire à la prise de conscience progressive, juste le temps de visualiser le manque de diversité dans les ballets et d’ouvrir la réflexion. Spectacle hybride qui enfonce parfois des portes ouvertes pour trouver une meilleure fenêtre de tir captant l’attention du public, On n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Paris offre un matraquage verbal organisé dans un vibrant chaos scénique jusqu’à la saturation pour mieux faire voler en éclat les clichés qui ont la dent dure et la langue bien pendue.

« Non-danseurs de tous les pays, unissez-vous »

L’introduction donne le ton de la pièce… Un danseur à l’allure d’un Christ de magazine reconverti en drag queen de la scène underground se laisse aller à une transe extatique avant de prendre la parole pour nous livrer sa parabole du vélo, objet du désir qui va droit dans le mur, et placer le débat au-dessous de la ceinture. Accompagné sur scène par une miss Bordeaux en tutu et masque à oxygène, le duo ferait presque oublier le sujet de la pièce, tant les détails en artifice tape à l’œil occupent l’esprit. Du fantasme, on repasse à la réalité de la société de 2029, où l’air est devenu irrespirable et l’oxygène nécessaire pour éviter les bugs de langage, alors que les interprètes répètent joyeusement, pour mieux s’en convaincre que « Nous ne cessons de progresser vers un monde qui ne cesse de progresser, un monde où les minorités sont majoritairement considérées… ». 

Le monde se divise en danseurs (archétype du mâle blanc dominant) et en non-danseurs (minorités opprimées sexuelles et ethniques). Le traitement n’est pas le même et le futur rappelle le passé dans une modernité de la discrimination et de l’affront quotidien à endurer. Mesures anthropométriques subies comme une humiliation par les candidats non-danseurs qui souhaitent entrer à l’Opéra, mesures discriminatoires à la location d’appartements dans une agence immobilière, démesures langagières vexatoires en milieu professionnel… 

Dans un monde où la bien-pensance est la règle sans fond, le diable  se cache dans les détails et le racisme se niche à tous les coins de rues et dans tous les recoins des vieilles expressions passées dans le langage courant, sans que personne n’y voit le mal et n’y trouve rien à redire. Alors les interprètes ressassent en boucle ces insultes venues d’un autre temps et invitent le public à les suivre en cœur. La banalité du mal traitée avec légèreté et dérision… Moment de gène dans la salle dérangée de sa zone de confort habituelle. Et la liste continue inlassablement de s’égrainer jusqu’à l’écœurement ravivé par les images projetées sur écran de l’exposition coloniale de Paris où les Noirs étaient traités en animaux de foire. Quand la limite des mots se fait sentir, la danse, puissante et répétitive jusqu’à l’obsession du corps qui veut se défaire du poids des poncifs, jusqu’à se jeter par terre ou se projeter dans l’espace, jusqu’à la transe qui transcende le terrain limoneux d’une société fossilisée en strates d’inégalités, prend le relais. Lucas Barbier, à qui l’on doit la partition musicale, accompagne les quatre interprètes sur scène dans un son électrisant qui étouffe les mots, libère la voix et brise les conventions pour mieux recomposer en accords nouveaux sans préjugé racial. 

  • On n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Paris 
  • Chorégraphie et mise en scène : Faizal Zeghoudi
  • Texte original : Rémi Bénichou
  • Assistante à la mise en scène : Clémence Laboureau
  • Avec Anthony Berdal, Marie Commandu, Clémence Laboureau, Cécile Theil-Mourad
  • Musicien : Lucas Barbier
  • Composition musicale : Lucas Barbier
  • Vu au Glob Théâtre à Bordeaux
  • Tournée:
  • – 07 février – Espace culturel Roger Hanin – Soustons
  • – 09 février – Les Cigales – Luxey
  • – 28 février -Salle Jean Renoir – Bois colombes
  • – 10 mars – L’Atrium – Dax

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest