Théâtrorama

Réunissant la danse, la musique et la parole, « Trajectoires K », un spectacle partagé autour de la question des identités regroupe des artistes de Nouvelle-Calédonie – le danseur-chorégraphe Richard Digoué, le musicien Pierre Hukane et l’écrivain Denis Pourawa – et des français – Laetitia Naud et Pascal Coquard, respectivement danseuse-chorégraphe et musicien et le vidéaste Nicolas Ticot.

Lorsque l’on ajoutera que Laetitia Naud, française d’origine est née en Nouvelle-Calédonie, y a passé son enfance et une partie de son adolescence, et vit en France tout en continuant à avoir des liens avec le pays, on aura posé toute la complexité des rapports avec ce pays surnommé aussi Caillou.

Les premières rencontres entre les différentes communautés se sont faites dans la violence, voire la trahison. Dans l’île, après avoir beaucoup occulté, écrasé et refusé, les esprits se sont apaisés, mais tout reste à dire et à construire. Trajectoires d’histoires intimes dans l’Histoire de la Nouvelle-Calédonie, le spectacle s’ancre aussi dans les expressions traditionnelles des danses et des musiques kanaks pour développer un langage et une matière contemporaine, tournés vers la modernité. Racontant l’irruption du monde blanc dans la culture traditionnelle kanak, le bagne, l’exil et les événements de 85, le spectacle pose aussi les questions de l’appartenance à une double culture et les possibilités d’un  » construire ensemble  » problématique. Partir, rester, revenir… Où se perd-on ? Où se retrouve-t-on ? Quel imaginaire développer pour parler le même langage et danser un avenir commun ?

La conviction d’une utopie
Penser que la danse puisse être en soi une démarche politique relève sans doute de la naïveté et de l’utopie. Pourtant, c’est en creusant dans cette naïveté, sans rien lâcher de leurs convictions, de leurs souffrances et de leurs différences que Laetitia Naud et Richard Digoué imaginent l’avenir commun de cette île qui leur tient tant à cœur.

Le mouvement des corps et une musique, suivant au souffle près la rage, la colère, la souffrance, mais aussi la joie, les jeux et la légèreté des découvertes de l’enfance soulignent avec force une écriture théâtrale, en forme d’exutoire. Le spectacle naît du rythme souterrain des musiques, des chants et des danses traditionnels d’où surgissent des le jazz et des rythmes plus contemporains, comme une image en mouvement de ce pays construit autour de la parole des clans kanak avant que de naître des vertiges de la colonisation, du bagne et de l’occidentalisation du monde.

Deux corps, un homme noir puissant, trapu, ramassé à l’intérieur de lui-même, une femme blanche, gracile, élancée, pleine parfois d’une morgue conquérante qui se racontent et racontent leur pays. Ils s’affrontent, se font la guerre. Entre humiliations et non-dits, haines enfouies et peurs surgissantes, la danse n’est pas facile et les paysages du pays aux couleurs magnifiques ne changent rien à l’affaire.

Le remarquable travail scénographique et de création vidéo de Nicolas Ticot constitue la trame d’un dialogue supplémentaire dans le spectacle. Attachés à cette terre, l’un parce qu’il y est né, l’autre parce qu’il en fait le choix, les deux danseurs racontent l’exil : l’un dans une nature que l’autre connaît, le second exilé dans les villes que le premier construira, condamnés à s’entendre car ils possèdent chacun la moitié de la clé qui ouvrira la porte à une danse commune.

Avec légèreté, tendresse et sincérité,, les artistes de « Trajectoires K » jettent un pont entre les deux côtés de la planète. Contournant les méandres des discours politiques versatiles ils nous obligent à parier sur les vertus d’un dialogue qui assume toutes les influences tout en intègrant les différences. Ouf ! Cela fait du bien !

[note_box]Trajectoires K / Danse – Théâtre
Chorégraphie et Danse : Laetitia NAUD (France) & Richard DIGOUÉ (Nlle Calédonie)
Texte : Laetitia NAUD en collaboration avec Denis POURAWA
Musique : Pascal COQUARD et Pierre HUKANE
Vidéo, scénographie et lumières : Nicolas TICOT
Crédit photo : Romain Étienne
Durée : 1 H 20[/note_box]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest