Théâtrorama

C’est un show débordant d’énergie et de vitalité qu’abrite en ce moment la mythique scène du Casino de Paris. Une quinzaine de danseurs issus du classique, vont, comme le titre l’indique, secouer l’image du ballet sous la houlette de Rasta Thomas. Michael Jackson et Maria Callas, Lenny Kravitz et Jacques Brel, Prince et U2 les accompagnent. Décoiffant !

Le titre exprime à merveille les intentions du chorégraphe et metteur en scène Rasta Thomas, sculptural athlète de la danse d’à peine trente ans. « Rock the ballet », que l’on pourrait traduire par « Secouer le ballet ». Il s’agit en effet, durant un peu plus d’une heure, de fusionner la danse classique dont sont tous issus les intervenants avec son homologue dite « moderne » ou « contemporaine ».

Ils sont une quinzaine sur scène. Tous avec une solide formation, le plus souvent classique. Les exigences qu’imposent cette discipline drastique et ses années de labeur se muent sur scène en un festival de prouesses. La maîtrise des pointes et entrechats, grands jetés et autres arabesques se met ici au service d’un show détonnant dopé à l’adrénaline qui réalise un grand écart entre hier et aujourd’hui. Point de querelles des anciens et des modernes dans ce spectacle-là, la féérie bucolique du « Le Lac des Cygnes » s’invitant dans les quartiers populaires de « West side story ». Un bannissement des frontières, un pont jeté entre l’est et l’ouest en somme, placés sous le signe de l’art, de la beauté et du talent.

De U2 à Brel, de Jackson à Callas
Car oui, tous ces authentiques athlètes ont pour eux beauté et jeunesse, ce qui ne gâche rien. Mais outre cette plastique impeccable, le show proposé parvient à transcender les musiques sur lesquelles s’accomplissent les chorégraphies. On ne sera pas surpris de trouver Lenny Kravitz, U2, Michael Jackson ou Prince dans le programme. Plus étonnant, le « Ne me quitte pas » de Brel donne lieu à un chorégraphie toute de sensualité alors qu’un extrait de « Carmen » avec la voix de la Callas est proposé dans une adaptation on ne peut plus…gonflée, mais hilarante !

Sur une heure et quart, en deux parties avec entracte, ces jeunes, jeans et tee-shirts façon Jerks et Charts dans « West Side Story », vont mettre le feu au Casino de Paris. Sauts périlleux, grands écarts et roulades s’intègrent à merveille à toute la virtuosité classique. On sort de ce spectacle ébouriffant avec une pêche d’enfer et des images plein les yeux. Nul besoin d’avoir dans son bagage une culture universitaire de la danse pour apprécier cette performance qui met la salle en délire. Le plaisir de voir ces artistes apprivoiser l’air et les planches se déguste dans l’instant. Dansez, jeunesse !

[note_box]Rock the ballet
Mise en scène et chorégraphie : Rasta Thomas assisté de Adrienne Canterna-Thomas
Vidéo : William Cusick
Avec Kirsten Wicklund, Sergey Kheylik, Jordan Lombardi, Shane Ohmer, Robbie Nicholson, Joey Arrigo, Doug Baum, James Boyd, Kameron Bink, Ryan Carlson,
Carlos Garland, Alexei Geronimo, Lee Gumbs, Chase Madigan, Brandt Martinez, Timmy Olson, Philip Carman, Sean Kelly, Lutin Tanner, Tony Marques, Ashley Day
En tournée partout dans le monde : plus d’infos[/note_box]

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest