Théâtrorama

Yama, le yoga se danse

Yama, l’invitation au voyage de Laura Arend Yama – La danseuse et chorégraphe Laura Arend se tient sur la scène comme entre deux voyages. Pressée d’y retourner et heureuse de partager son expérience. Yama est un terme emprunté au sanskrit, qui désigne dans la philosophie yogi les racines du bonheur c’est aussi un spectacle qui trouve son origine de l’autre côté du monde. Après une étape française, les danseurs de Laboration Art company repartiront en Inde présenter leur spectacle.

Deux univers se rencontrent sur scène, on peut parler d’Orient et d’Occident. La danse contemporaine croise ici les gestes traditionnels du yoga. Ce sont des rapports aux temps et à la société différent.” Pourquoi est-ce que tu cours ?’ demande un danseur à une ’autre.” Parce que nous sommes dans une pièce contemporaine ? “ L’obsession de la vitesse paraît comique vue de loin. La distance est peut-être le seul moyen d’en prendre conscience. La rapidité se passe du soucis de l’autre : celle qui court n’entend rien. La société moderne en quelques minutes apparaît dans toute sa complexité. Celui qui essaie de lui parler est tout aussi sourd aux autres sollicitation et par un effet d’entraînement chacun s’enferme dans son individualité, chacun entre dans la course. Pour en sortir, il faut passer par un autre dialogue celui du corps.

Yama, une expérience collective

L’expression désigne précisément cinq principes du yoga : la non violence, la sincérité, l’honnêteté, la modération dans les désirs, le contentement. Plus qu’une esthétique ou un exercice physique, le yoga est une hygiène de vie. On peut apprendre ses principes à tout âge, il n’y a pas de pré-requis. Laura Arend s’est ainsi initié avec ses danseurs, les séances de répétitions devenant des séances de méditation. Le yoga est une philosophie de vie qui a apporté une autre respiration à la compagnie. La démarche de création infuse les mouvements des danseurs, qui sont à la fois un et plusieurs corps. Unis et différents, divisés puis rassemblés.

Yama, l’invitation au voyage de Laura Arend

Les cinq yamas

Le spectacle raconte par corps l’histoire d’une libération. Les cinq yamas sont énumérés les uns après les autres et rythment la pièce en plusieurs tableaux. Si les danseurs apparaissent entravés par des cages à oiseaux à l’ouverture, le mouvement leur vient petit à petit, par convulsion par réaction. Le processus à l’œuvre est celui d’une danse qui prend le pouvoir en s’appuyant sur les principes du yoga d’un épanouissement personnel. Il faut passer au delà des résistances, faire retirer son corset à une des danseuses qui craint la mise à nu. La seule danse qui vaille est celle qui lutte contre l’injonction de ne pas bouger. Les corps se libèrent par le mouvement, le frottement et ce n’est qu’à la fin de Yama que l’on retrouve les danseurs la tête haute et les cages envolées. Yama libère donc les corps et les esprits dans un spectacle de danse qui invite au voyage et interroge les frontières.

Yama
Danseurs : Olivia Caillaud, Eli Cohen, Laura Arend, Damien Sengulen, Nitsan Margaliot et Patrick Entat
Création Lumière : Jean-Yves Beck
Costumes : Geneviève Arend
Montage musical : Nicolas Pfeffer
Crédit photos : Yann Gouhier

Vu le 20 janvier au Théâtre de Ménilmontant

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest