Théâtrorama

Nicht Schlafen, rêve éveillé

NIcht Schlafen, une insomnie artistique d’Alain PlatelNicht Schlafen – Un spectacle des ballets C de la B suscite toujours la surprise. Cela tient sans doute à leur démarche d’inviter d’autres regards artistiques mais il n’est pas « seulement » question de danse. Avec Nicht Schlafen, Alain Platel fait une nouvelle fois la démonstration d’un art total, accompagné pour la musique par Steven Prengels et pour la scénographie de l’artiste flamande Berlinde de Bruyckère.

Le temps du spectacle est celui d’un rêve, celui d’un cauchemar. Goya ouvrait sa série de Caprices sur cet avertissement « le sommeil de la raison engendre des monstres » et Platel en 2016 a souhaité revenir sur les débuts du XXème siècle et les années qui ont précédé la première guerre mondiale. À peine le spectateur assis, les neufs danseurs déjà en scène entrent en fureur et se battent les uns avec les autres. On n’avait pas vu la violence venir. Les vêtements s’arrachent, des morceaux de tissus s’entassent ; les combattants ne tombent que pour se relever. Cette folie c’est celle de peuples somnambules, d’une civilisation au bord de la barbarie. Ils ressemblent à des bêtes, mais leurs habits encore sur le dos, ce sont des hommes, une femme qui perdent tout contrôle d’eux mêmes.

Nicht Schlafen pour « ne pas dormir »

Nicht Schlafen, une insomnie artistique d’Alain PlatelDormir, mourir ; le trouble est permis. À force de tomber, certains danseurs mettent plus de temps à se relever. L’un d’eux, véritable bouc émissaire, devient la cible des huit autres qui se réunissent pour finalement le pleurer. Cette victime expiatoire rejoint alors les cadavres de chevaux laissés par Berlinde de Bruyckère. Douée pour la cire et obsédée par la chaire, la sculptrice rappelle par sa participation la proximité entre la passion et la boucherie. La sculpture n’est pas qu’un décor pour autant, dispositif sans cesse réactivée, elle entre en résonance avec les corps qui se massent, les mouvements d’agonies, la tension des muscles. Cette succession de tableaux vivants ne manque pas de faire penser au Sacre du printemps, jusqu’à ce le jeune martyr qu’on croyait mort se relève brusquement.

Ne pas dormir, c’est finalement un appel à se réveiller. Le sublime jeu de lumière place toujours la salle entre l’aube et le crépuscule. Le monumental rideau qui tient lieu de fond de scène et les clairs obscurs évoque l’ambiance de La ronde de nuit de Rembrandt. Il faut monter la garde. Tout n’est pas que violence dans la pièce et de réels moments d’harmonies se coordonnent aussi autour des compositions de Malher ou de Bach. On retrouve des mouvements classiques, c’est la musique qui permet au groupe de tenir. C’est d’ailleurs par des danses et chants congolais que les danseurs se réunissent en fièvre et dans la joie pour la fin d’un monde et le début d’un nouveau.

Chaque danseur est libre de son jeu, mais c’est véritablement leur ensemble que le metteur en scène nous montre. Le monde d’hier, celui d’aujourd’hui peut-être, apparait dans toute sa disharmonie et sa cohésion. Nicht Schlafen ne nous permet plus de fermer les yeux.

Nicht Schlafen
Mise en scène Alain Platel
Composition et direction musicale Steven Prengels
Assistance artistique Quan Bui Ngoc
Dramaturgie Hildegard De Vuyst
Dramaturgie musicale Jan Vandenhouwe
Scénographie Berlinde De Bruyckere
Création lumières Carlo Bourguignon
Création son Bartold Uyttersprot
Création costumes Dorine Demuynck
Création et interprétation Bérenger Bodin, Boule Mpanya, Dario Rigaglia, David Le Borgne, Elie Tass, Ido Batash, Romain Guion, Russell Tshiebua, Samir M’Kirech

Création française en septembre 2016, lors de la Biennale de la danse de Lyon
Vu à l’Opéra de Lille, le 18 novembre 2016, lors du Next Festival

Dates de la tournée sur le site des ballets C de la B

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest