Théâtrorama

Les premiers battements s’annoncent loin de tout lieu, « not here », et hors de tout temps, « not ever ». L’inscription se fait autrement, à travers des rythmes et des mouvements à la fois liminaires et occlusifs : dix danseurs en costumes de terre et de cendre frôlent les seuils et dessinent des paysages à deviner depuis leurs propres corps, tour à tour crispés ou étirés, en groupe ou à l’écart les uns des autres. Par la bascule, ils laissent des lignes fantômes se tracer en eux et entre eux, « here », dans la permanence, « ever ».

C’est un réseau d’attentes qui fonctionne en continu. Ils dansent selon une grammaire qui s’ordonne, se délie et se maintient en se fixant sur les suspensions et les pauses plutôt que sur le seul vocabulaire. Sur des pages imaginaires, Sang Jijia avoue qu’il aurait sans doute privilégié les signes et les traits de ponctuation aux mots, les « virgules » entre chaque proposition et les « points d’interrogation » au moment des brisures – simples points – appelées par une crainte, ou par un espoir qu’une nouvelle phrase ne commence. Naissant d’un « ailleurs » et d’un « jamais », la chorégraphie proposée est un énoncé immuable. Sans interruption, exigeante et basée sur le souffle, elle multiplie les gestes inachevés et les rencontres heurtées, les glissades et les courses.

Le lieu choisi est sans lumière, dématérialisé – lorsque cela crie ou rit, on pourrait croire qu’il est une grotte qui se remplit d’ombres qui chuchotent et d’échos presque imperceptibles. Et lorsque cela se meut enfin, pour ne plus s’arrêter, on cherche la nuque et on fléchit pieds et mains, on cherche à retenir et à faire fuir l’autre, à se surprendre d’une solitude trouvée, à se jeter puis à combattre. C’est un espace tendu entre agencement et dérèglement, confondant origine et chute, multipliant les repères indiscernables entre les « causes » et les « conséquences » d’instants.

Variable et invariable
Aucun flottement pourtant, même au moment des trajectoires haletantes entre un danseur et un autre, entre un danseur et plusieurs autres, et entre un danseur et sa projection supposée. Sur écrans apparaissant et disparaissant, sur ces faux miroirs, des propositions et combinaisons variables se forment librement. Ce sont des images passées de souvenirs, des corps d’ombres évanescentes et enflammées, des figures de l’absence, marquant des gestes identiques puis différents, tout ce qui ne s’actualise pas sur le premier sol, ou encore des tracés de lignes vitales qui courent à l’horizontale ou à la verticale. Pour Sang Jijia, qui affirme que son travail repose sur la mémoire, ces points et sillons pourraient être des souches à influences diverses, depuis lesquelles la respiration s’éveille, puis reprend.

En enfant de Forsythe, avec lequel il a travaillé durant quatre ans, ce chorégraphe autodidacte (repéré dans ses champs tibétains à l’âge de 13 ans pour ses formidables capacités techniques alors qu’il était simple berger) utilise les images-vidéos pour la création sur scène de récits multiples. Il en exploite également les processus d’une danse astreignante, faite de dislocations, de cambrures, de confrontations et de membres qui se tendent comme des arcs.

Pour « Not Here / Not Ever », il fait évoluer les dix danseurs de la compagnie norvégienne Carte Blanche sur un espace piège ou fantasme, susceptible d’évolutions brusques et violentes. C’est sur cette terre-enveloppe ou cette terre-exil à l’atmosphère sombre et inquiétante qu’ils se laissent surprendre par les rapports de force, les unions et les désunions, et par l’harmonie trouvée, faite d’accents complexes, jouant d’équilibres impossibles et cependant invariables.

Not Here / Not Ever
Chorégraphie de Sang Jijia
Pièce pour 10 danseurs de la compagnie Carte Blanche
Musique : Dickson Dee
Costumes : Indrani Balgobin
Lumières : Adalsteinn « Alli » Stefansson
Vidéo : Adrian Yeung
Crédit Photo © Yaniv Cohen
Au Théâtre national de Chaillot du 25 au 28 mars 2015

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest