Théâtrorama

Labyrinthe – Festival Le Temps d’aimer la Danse

LabyrintheLabyrinthe – La vie impose souvent des détours, des raccourcis qui mènent vers un chemin différent du trajet initial, des itinéraires bis qui nous font cheminer à plusieurs, quitte à ralentir sa marche… Gilles Schamber plonge le public dans ces parcours en zigzag et sans GPS. Labyrinthe se dessine en sautant les lignes droites…

Électrons libres

Sur scène, un léger brouillard qui finit par se dissiper au fil de la chorégraphie. Cinq danseurs évoluent dans des mouvements sans entrave, dans un espace sans décor, autre que la lumière. Et malgré cette absence de contraintes, les corps, comme des électrons dans une électrolyse qui s’agitent sur une musique électro, restent interconnectés. Ils tentent bien de s’échapper de l’influence de cette énergie de groupe, sans y parvenir totalement.

Le labyrinthe des passions

Labyrinthe condense en une heure la condition humaine qui va de l’impasse au bon virage à amorcer pour se mettre sur le bon chemin, sans se couper de ses congénères. Une peinture abstraite orchestrée par des danseurs qui impriment leur marque en filigrane, entre chorégraphie de groupe concentrique et dilution de danse en solo, pour revenir vers un centre qui tend à l’équilibre. Une géométrie de l’existence qui n’en finit pas de se perdre pour mieux se retrouver.

Labyrinthe
Cie Gilschamber
Crédit photos : Jean Couturier

Vu au Théâtre Colisée, dans le cadre du Festival Le Temps d’aimer la Danse

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest