Théâtrorama

La Fresque, chorégraphie d’Angelin Preljocaj

La Fresque, chorégraphie d’Angelin PreljocajAngelin Preljocaj est le conteur de la danse contemporaine. Après Blanche Neige (2008) et Siddharta (2010), la féérie revient en scène avec La Fresque, inspirée d’un conte chinois La Peinture sur le mur. Art en synesthésies où la danse se dessine et les images se mettent en mouvement, La Fresque embarque le public dans un voyage sensoriel très esthétique.

Rêve contemplatif

L’œuvre d’art devient une invitation au voyage… Et le sacré se mêle au profane le temps d’une danse qui déplace les lignes. Le hasard mène les pas d’un jeune homme dans un temple. Absorbé par la beauté d’une jeune fille représentée sur une fresque, il tombe désespérément amoureux du modèle qui ne garde pas un cœur de pierre très longtemps. Projeté dans une autre dimension où les esprits s’animent, les deux amoureux s’éveillent à la félicité partagée. Un Nirvana transcendant de liberté qui imprime ses limites en chassant l’intrus de ce tableau idyllique et en le renvoyant à la réalité.

La Fresque, de l’esquisse à l’esquive

fresqueLe jeune homme n’est pas le seul à être saisi par l’émotion. Le spectateur se laisse vite envoûter par la magie des correspondances et l’harmonie des tableaux qui font écho à un autre spectacle de Preljocaj, Les Nuits, où les costumes ondoyants et chamarrés d’Azzedine Alaïa réjouissaient déjà le regard.

La Fresque dépasse les frontières du cadre pour se déployer dans l’espace en volutes filamenteuses qui évoluent en arabesques flottantes dans l’air. Un effet vidéo en fil conducteur qui propulse d’emblée la scène dans un univers onirique. Un fil conducteur qui se déroule jusqu’à la chevelure virevoltante des danseuses. Les cheveux détachés, symbole de sensualité et d’invitation au plaisir, dansent voluptueusement dans un premier tableau qui doit faire vibrer de désir tout publicitaire en quête de scénario pour produits capillaires. Les cheveux s’expriment dans une liberté sans limite qui mène à l’ivresse de la transe.

Ils ouvrent une nouvelle ligne d’horizon comme un espace où peut se glisser le jeune homme jusqu’à sa belle pour entamer leur pas de deux amoureux. On retrouve la délicieuse Yurié Tsugawa, qui rayonnait déjà dans Blanche Neige, et le très charismatique Jean-Charles Jousni. Le duo plonge le public dans ce voyage poétique et l’entraine dans une fantaisie sans frontière, sublimée par les lumières d’Eric Soyer et la musique de Nicolas Godin.

Les images prennent vie

La Fresque, chorégraphie d’Angelin PreljocajChaque tableau devient une œuvre d’art. Moment de grâce atteint quand les danseuses se transforment en Raiponce asiatique. Angelin Preljocaj imagine des postiches géantes qui s’accrochent au plafond. Scène surréaliste qui prolonge le mouvement des danseuses à l’infini et les transforme en déesses de l’amour qui laissent délicatement leurs amants s’emmêler dans cette toile d’araignée qui happe les cœurs. La danse flirte brillamment avec les arts circassiens dans cette fête des sens où les cheveux, bientôt ramenés en chignon, symbole de la femme mariée et respectable, n’auront bientôt plus leur mot à dire, piqués par un paquet d’épingles en carcan.

La sobriété épurée dans la forme des chorégraphies d’Angelin Preljocaj trouve une toile de fond inspirée dans l’architecture de ce conte qui nous donne à déchiffrer les images symboliques de la fresque pour franchir le quatrième mur et s’affranchir des lignes classiques.

La Fresque (L’extraordinaire aventure)
D’après le conte chinois La Peinture sur le mur
Pièce pour 10 danseurs
Chorégraphie : Angelin Preljocaj
Danseurs : Clara Freschel, Nuriya Nagimova, Nagisa Shirai, Anna Tatarova, Yurié Tsugawa, Sergi Amoros Aparicio, Marius Delcourt, Antoine Dubois, Jean-Charles Jousni, Fran Sanchez
Costumes : Azzedine Alaïa
Musique : Nicolas Godin
Scénographie : Constance Guisset
Lumières : Eric Soyer
Assistant, adjoint à la direction artistique:  Youri Aharon Van den Bosch
Assistante répétitrice:  Natalia Naidich
Choréologue Dany Lévêque
Durée : 1h20
Crédit photo : Serge Mercier

Vu au Grand Théâtre à Aix en Provence

Les dates de tournée

Jusqu’au 22 décembre au Théâtre national de la danse Chaillot

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest