Théâtrorama

Jardín de invierno – compagnie Cielo Raso

Jardín de invierno – Quand l’espace prend toute son ampleur. Le spectateur contemple ce jardin d’hiver qui impose sa présence par des lignes graphiques semblant fixer le silence. Une vision esthétique en ouverture : sur scène, des ballons noirs, gonflés à l’hélium, placés en ligne comme des arbustes d’un jardin à la française. Une beauté froide, pure et massive qui intimide et intime le public à respecter un ordre établi. On se demande comment les danseurs vont pouvoir évoluer dans ce paysage rigoriste où le mouvement est réduit par la contrainte des fils suspendus.

Du jardin d’hiver au jardin des délices

Mais le jeu des danseurs nous détrompent rapidement. Et la sérénité du silence s’achève aux premiers pas. Le vers est dans la pomme et le paradis, un peu aseptisé de ce jardin d’hiver, ouvre la voie à un déferlement de sentiments allant crescendo, jusqu’à un chaos émotionnel détruisant tout sur son passage. Dans Jardín de invierno, le spectateur assiste, impuissant, à un saccage du paysage en bonne et due forme. Les ballons, accrochés au sol, s’envolent dans les airs au gré de la gestuelle des danseurs, qui n’hésitent pas à les malmener. Un ballet de ballons qui ne suit pas une trajectoire préétablie et qui laisse une part au hasard, quitte parfois à se faire facétieux et à venir s’enrouler autour des danseurs, imperturbables dans leur chorégraphie qui reprend possession du territoire.

Jardín de invierno, chaos émotionnel

Quatre danseurs de la compagnie Cielo Raso, Marti Güell, Nekane Mendizabal, Gorka Gurrutxaga y Leire Otamendi, explorent avec une belle sincérité toute la gamme des émotions, de la peur à la passion, de la joie à l’angoisse, pour recréer un coin de paradis dans l’enfer chaotique du Jardín de invierno soigneusement souillé. Renversement de situation, les danseurs finissent par se déplacer sur le dos, comme des créatures faisant penser au « Jardin des délices » de Bosch. Ils gonflent en direct des ballons colorés, qui emplissent l’espace comme l’espoir d’un renouveau. L’hiver cède la place au printemps, l’horizon est ouvert…

Jardín de Invierno
Compagnie Cielo Raso
Avec Marti Güell, Nekane Mendizabal, Gorka Gurrutxaga y Leire Otamendi
Lumières : Pedro Fresneda y Raquel Hernández
Durée : 55 minutes

Vu au Carme Teatre

Dates de tournée à venir sur le site de la compagnie

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest