Théâtrorama

Le chorégraphe fait danser la boxe. C’est percutant. Drôle aussi.

Mourad Merzouki aime le hip hop. Et la boxe aussi. Adolescent, il a dégainé une flopée de coups droit et uppercuts sur les rings, au point de décrocher un titre de champion de France junior. C’est donc tout logiquement que l’enfant du hip hop, formé aux arts martiaux dès l’âge de sept ans, tenait à cette pièce : « depuis dix ans », affirme-t-il. Au final, « Boxe Boxe » est une pièce étonnante, pleine de trouvailles scénographiques, dans laquelle « art noble » et danse de rue se mêlent à merveille.

© M. Cavalca

Des danseurs véloces
De la force, de la pugnacité, le spectacle en a. On n’échappe pas d’ailleurs aux accessoires incontournables propre à ce sport de combat : punching-balls, gants, cordes rouges, gong… Mais Mourad Merzouki a évité l’écueil : pas question de résumer la boxe à la violence. Dans cette pièce haletante, les coups percutent et s’entrechoquent tout en finesse et en légèreté. Les danseurs véloces, munis de gants ou pas et affublés de tenues rayées, se meuvent tels des félins. La fluidité de leurs gestes calibrés et vifs résonne au rythme de partitions de Schubert et Ravel portées en live par le Quatuor à cordes Debussy.

Le cirque, source d’inspiration
Dans un décor de pénombre dépouillé, percé par une lumière sépia, le chorégraphe s’inspire aussi d’astuces tirées du cirque pour rythmer le spectacle et apporter une note d’humour burlesque. Un « bouquet de gants » de boxe rouge s’animent telles des marionnettes, animées par les mains de danseurs tapis dans un ring minus. L’arbitre, flanqué d’une bedaine énorme, prend des allures de M. Loyal, se démenant comme il peut pour garder la face et mesurer les ardeurs pugnaces des danseurs dont le jeu de jambes agile effleure le parterre de carreaux noirs et blancs.

A 37 ans, Mourad Merzouki aime à le répéter : « Je propose des pièces dans lesquelles le public peut rêver, éprouver de l’émotion, voir de belles images. (…) Je ne m’inscris pas dans la revendication, ni dans la provocation ». On ne peut qu’approuver.

Boxe Boxe
Au Théâtre Chaillot
Direction artistique et chorégraphie : Mourad Merzouki
Jusqu’au 6 novembre, 20h30 et dimanche 15h30. Tarifs : de 32 à 18,50 €.
Festival Temps fort Hip Hop, jusqu’au 13 novembre.
réservations: 01 53 65 30 00
site web

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !