Théâtrorama

Anhelo de Ugne Dievaityte et Koke Armero

Anhelo, tout est dans le titre… un désir, une aspiration… Et deux corps qui se cherchent, qui tentent de palpiter à l’unisson, qui se frôlent, flirtent et s’envolent dans une vibration presque animale. Ugne Dievaityte y Koke Armero proposent ici un travail d’une puissante fluidité poétique qui transcende la pulsion et sublime l’étreinte.

Anhelo – Oiseau rare

Scène vaporeuse et ambiance de marécage, entrent en scène deux être hybrides, volatiles éphémères qui s’agitent dans un ballet de battements de bras. Anhelo, chorégraphie hypnotique, le spectateur perd ses repères et s’abandonne à cette fantaisie onirique qui le mène au cœur du désir et de l’humain. Ovide aurait apprécié les métamorphoses de ce duo de danseurs. Des mouvements qui jouent sur les brusques accélérés pour décélérer en stéréotypies contrôlées. Les hybrides mutent encore et en corps dans un bestiaire qui scelle la suprématie d’un désir scellant l’étreinte.

Comme des cellules en mitose, les deux danseurs multiplient les formes dans un infini concentrique qui place l’aspiration en haute sphère. La chorégraphie contemporaine de Ugne Dievaityte et Koke Armero séduit par l’étude presque anatomique d’une déconstruction du mouvement et la maîtrise d’une gestuelle atypique. L’atmosphère poétique contribue à savourer ce moment de l’entre-deux où le désir, seul, a son mot à dire.

 

Anhelo
Chorégraphie et interprétation : Ugne Dievaityte y Koke Armero
Musique : Vidal
Lumières : Pablo R. Seoane
Costumes : Nikita Nipone
Vidéo : Virginia Rota

Vu au théâtre Carme

 

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest