Théâtrorama

Traces, les 7 doigts de la main

Ils sont jeunes. Quasiment des gamins (la vingtaine). Mais ils ont de l’énergie à revendre et un talent incontestable. Les nouveaux gaillards du collectif québécois Les 7 doigts de la main signent un spectacle enlevé et résolument urbain.

Le talent n’attend pas le nombre des années, à en juger les performances de la petite bande des 7 doigts de la main. Les cinq artistes tout droit sortis de la prestigieuse école de cirque de Montréal reprennent avec beaucoup de verve le spectacle Traces (initié en 2005 par une première brochette d’artistes). C’est mordant et inventif. C’est haletant aussi.

Un spectacle qui laisse des traces

Autant dire que ces acrobates fougueux ont la bougeotte. Dans un abri de fortune, tenu par des toiles de jute et du ruban adhésif, ils n’ont pas une minute à perdre. Le temps est compté et file à grand pas. Pour survivre, semble-t-il, à une catastrophe qui les traque, les gaillards (dont une fille) se démènent dans une enfilade d’impulsions acrobatiques et de rebondissements scéniques. Après un début un peu timide et longuet (alourdi par des présentations parasites au micro), ce petit monde prend son envol, au fil de déambulations underground et d’échappées chorégraphiques rondement menées.

Et petit à petit, ces agités, qui savent tout faire, apportent leur marque de fabrique et laissent leur trace, dans un spectacle musclé et particulièrement actuel. Ça respire l’air du temps. L’insouciance et l’impatience aussi. Et toute cette débauche d’énergie fonctionne à merveille car les circassiens ont de la suite dans les idées et les gestes… Ils intègrent dans leur course contre la montre basket-ball, skate-board, danse… Mais ils n’en oublient pas pour autant ce qui constitue leur « fonds de commerce » : les acrobaties. Un équilibriste insouciant multiplie les figures de haute voltige sur des mannequins de cire, un autre guilleret se déchaîne dans sa roue Cyr, quelques-uns s’entremêlent sur deux mâts chinois… Et le final explose dans une rangée de sauts alertes à travers un mur de quatre cerceaux en fer forgé vacillant.

Les 7 doigts de la main – Traces
Mise en scène : Shana Carrol, Gypsy Snider
Avec Héloïse Bourgeois, Francisco Cruz, Raphael Cruz, Brad Henderson, William Underwood
Durée : 1h30
Crédit photo : Alexandre Galliez

Jusqu’au 23 avril à Bobino

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest