Théâtrorama

Un décret de la Présidence de la République, daté du 26 septembre 2014, a mis fin au feuilleton théâtral de l’été, installant enfin Stanislas Nordey à la tête du Théâtre national de Strasbourg. De juin à septembre, le candidat aura dû attendre trois mois pour prendre ses fonctions, marqués par un imbroglio aux allures de tragi-comédie – Julie Brochen, directrice du TNS depuis 2008, était officiellement sous contrat jusqu’en 2016 et y a poursuivi jusqu’au dernier moment son travail de programmation, refusant de démissionner.
Fils de Jean-Pierre Mocky et formé au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, Stanislas Nordey, qu’Aurélie Filippetti présentait comme « très habité par les questions de formation », entend notamment resserrer les liens entre école et théâtre et favoriser les créations contemporaines, à travers une programmation « exigeante et sérieuse » et la mise en place de nombreux partenariats avec des théâtres français et européens.

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest