Théâtrorama

La danse à l’étude, le corps social en discussion

En Ile-de-France, la danse se rencontreLes dates coincïdent, deux événements de la danse contemporaine se tiennent les 7 et 8 novembre en Ile de France. La 3ème édition de Rencontre Nationale Danse qui se tiendra au TPE de Bezons et la 7ème édition de la Grande Scène au Carreau du temple ; entre les deux plus que des ponts, des navettes !

La danse à l’étude, le corps social en discussion

Sur un rythme bisannuel, les deux jours de Rencontre Nationale Danse réunissent tous les acteurs, nationaux et territoriaux du domaines. Programmateurs et médiateurs, artistes et universitaires se retrouvent pour dresser un état des lieux de la profession autour d’une question. Cette année, chorégraphes et interprètes pourront discuter au travers de rencontres-conférences de la question “La danse, reflet du corps social ?”. Les ateliers de parole qui traiteront de sujets institutionnels “Mutations économiques, mutations chorégraphiques ?”, artistiques “Hôpital, prison, écoles … des projets chorégraphiques spécifiques ?” ou même philosophique “L’art chorégraphique fait-il corps avec la société ?” sont ouverts aux danseurs amateurs et curieux. Il s’agit au cours de ces journées de cerner les enjeux actuels du secteur et de faire avancer la discussion. Grands témoins, Aurélien Djakouane, sociologue et maître de conférence à Paris 10, ainsi que Béatrice Massin, chorégraphe pour Les Fêtes galantes, veilleront à ce que ses discussions ne restent pas lettres mortes. Il n’est après tout rien moins question que de la place de la danse dans la société !

L’émergence sur le plateau, une chance pour les jeunes compagnies

Les rencontres vivantes passent aussi par la présentation de différentes œuvres au public. En ouverture de Rencontre Nationale Danse, Jan Martens est invité a présenté Sweat Baby Sweat mais il ne sera pas seul sur le créneau. Au Carreau du Temple, neufs jeunes chorégraphes sont invités à défendre leurs créations, pièces courtes ou extraits de spectacles qui pourront ensuite être relayés par les professionnels présents sur place. Sélectionnés sur appel à candidature, les compagnies prétendent à un accompagnement en production et en diffusion qui ne sera offert qu’à deux d’entre deux par le réseau des Petites Scènes Ouvertes. Sept structures de toute la France soutiennent ainsi le projet Grande Scène pour offrir à la création chorégraphique toutes les chances de s’épanouir. Professionnels et amateurs sont encore une fois attendus, cette fois non plus pour parler de la danse d’aujourd’hui mais pour observer la création de demain.

Parmi les jeunes compagnies invitées à se produire, notons donc (pour le 7 novembre) les noms de Djino Alolo Sabin et Christina Towle qui avec “Debout – se relever” donne une dimension offensive à leur début. Une création en résonance avec le programme de discussion de Rencontre Nationale danse qui pourra ainsi servir de sous-texte au reste de la programmation dont Leslie Mannès, Sitoïd et Vincent Lemaître avec Atomic 3001 ou Eloïse Deschemin et sa très personnelle “Étude des cas: Éloïse D (ma vie minuscule)”. Parions donc que nous n’avons encore rien vu et laissons aux spectateurs le soin de découvrir “She was dancing” de Valeria Giuga, Slave de David Llari mais encore (pour le programme du 8 décembre) “H o m e” de Paul Changarnie, “Rafales” de Benjamin Bertrand. Le guttural “Tutuguri” emprunté à Artaud par Flora Détraz et l’intriguant “On Alert” de Dai Juan.

Crédit photos/ Visuel Home : Guillaume Ducreux

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest