Théâtrorama

Six femmes et artistes engagées ont la parole pour cette 5ème édition du Festival Seules… en scène qui nous invite à partager leur univers du 12 au 21 mai au Théâtre de l’Ouest Parisien.

Le programme

Le 12 mai : Le silence de Molière
Ariane Ascaride, mis en scène : Marc Paquien

Esprit-Madeleine était la fille de Molière et d’Armande Béjart. Si son existence fut bien réelle, on sait très peu de choses sur sa vie, sinon qu’elle a choisi de fuir la scène pour se murer dans la solitude et un étrange silence.

Le 13 mai : Albertine Sarrazin
Mona Heftre, mis en scène : Manon Savary

Abandonnée à la naissance, Albertine Sarrazin est une enfant brillante et indisciplinée. Le jour du bac, elle s’enfuit pour rejoindre Paris en auto-stop. Mineure et recherchée, s’enchaîne alors l’inévitable : vol, prostitution, prison… En 1966, Albertine Sarrazin devient brusquement célèbre en publiant ses deux romans autobiographiques, tous deux écrits en prison : La Cavale et L’Astragale.

Les 16 et 17 mai : L’Odeur des planches
Sandrine Bonnaire, mis en scène : Richard Brunel

Samira était comédienne, elle jouait sur les scènes des plus grands théâtres, au festival d’Avignon et enchaînait les contrats. Puis, du jour au lendemain, plus aucune proposition. L’éclipse. L’Odeur des planches raconte ce qui peut arriver à chacun de nous, et que nous voulons oublier : perdre son emploi et voir son existence basculer. Le texte est précis et violent, il dit la royauté perdue de l’actrice dans la lumière du théâtre, les mots somptueux des poètes, et à présent l’oubli, l’humiliation, la violence du regard social.

Le 19 mai : Entretiens d’embauche et autres demandes excessives
Laurence Fabre, mis en scène : Anne Bourgeois

La femme, qu’incarne Laurence Fabre, trie inlassablement ce qui est acceptable dans l’existence, et ce qui ne l’est pas. Elle demande du travail, des objets, du temps, de l’amour… tout ce en quoi il est nécessaire de croire pour vivre. Sur le mode comique, ce spectacle raconte la force de vivre face à l’adversité.

Le 20 mai : Madame Marguerite
Valérie Zarrouk, mis en scène : Xavier Lemaire

Dans sa classe de CM2 Madame Marguerite se croit investie d’une mission vitale. Le but de cette foldingue, c’est le bonheur même si elle n’y croit plus tout à fait. Ses leçons de vie sont des appels à la résistance et tous les moyens sont bons. Valérie Zarrouk prend à bras le corps le personnage extravagant de cette institutrice rendue célèbre par l’adaptation de Jean- Loup Dabadie et l’interprétation à sa création d’Annie Girardot.

Le 21 mai : Journal de ma nouvelle oreille
Isabelle Fruchart, mis en scène : Zabou Breitman

Entendre, c’est le grand problème auquel la comédienne Isabelle Fruchart a été confrontée dès l’âge de quatorze ans alors qu’elle perdait, sans explication, une grande partie de son audition de manière irréversible. Isabelle se construit alors un monde d’approximations qui l’isole et la rend étrange… jusqu’à ce que, vingt ans plus tard, elle se fasse appareiller. Commence alors l’apprentissage du vacarme du monde.

Festival Seules… en scène
Plus d’infos : TOP

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest