Théâtrorama

Les F(ê)aites de la danse à Monaco

Les F(ê)aites de la danse à MonacoPremière édition des F(ê)aites de la danse – Monte-Carlo, au delà de son rocher, de ses princesses et de ses yachts au prix exorbitant, est aussi un écrin pour la danse. Cette histoire d’amour nait avec l’implantation des Ballets Russes de Serge de Diaghilev dès 1909. Pendant vingt ans, jusqu’à la mort de cet fin connaisseur des arts, les Ballets Russes feront de la principauté leur atelier d’expérimentation et de création. Depuis 1993, c’est le chorégraphe Jean-Christophe Maillot qui dirige les Ballets de Monte Carlo avec le succès qu’on lui connaît. Grâce à son expérience, les plus grands créateurs viendront travailler avec cette troupe qui est, sans conteste l’un des plus brillants que nous connaissons. On repense ici aux œuvres signées par Lucinda Child, Sidi Labi Cherkaoui ou encore Marie Chouinard (qui signa cet hiver sa première création pour une autre compagnie que la sienne)

Le Rocher à la fête

Les F(ê)aites de la danse à MonacoLa F(ê)aites de la danse organisée au début de l’été à Monaco allait encore plus loin dans l’amour de la danse. En effet, pendant toute une nuit, ce sont toutes les danses qui ont été célébrées. Sur la place du Casino, par exemple, on a pu assister au travail à la barre des danseurs de la compagnie. L’originalité de la proposition tenait dans le fait qu’une barre géante courrait tout autour de la place du célèbre Casino et que chacun-e pouvait s’exercer. Qu’il fut beau de voir des pères de famille faire des grands fouettés aux côtés de leur petite fille en tutu fières de montrer leur savoir faire ! Cette installation dans l’espace public avait son écho dans le marathon de danse organisé au pied de l’opéra. Des couples, dont un très jeune, s’essaya toute la soirée aux diverses danses de salon.

Un programme royal

Et, au delà, des danses du monde, des battles de hip-hop, du dance floor en plein ou encore de celui mis en place sur la scène de l’opéra aux sons des platines de DJ Greg Boust, on retiendra un moment de poésie inattendu : la démonstration de pole dance par Marie Crampe. Comment dire, ici, la grâce de ses contorsions, des volutes dessinées par son corps entre difficulté de l’exécution et simplicité apparente. Elle suspendit le temps, le silence se fit de part et d’autre de la place du Casino et devant les écrans géants. Un petit instant de délicatesse dans cette superbe soirée où la plaisir de libérer son corps venait donner un nouveau souffle à l’été sur le Rocher.

F(ê)aites de la danse a été organisée le 1er juillet et devait avoir lieu tous les deux ans.

Crédits photo : Charly Gallo et Manuel Vitali

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest