Théâtrorama

Zoom sur Isabelle Fruchart

Isabelle Fruchart
© Marthe Melle

Isabelle Fruchart, l’écriture comme mise au monde. Le sourire chaleureux, cette jolie dame blonde a une bien étrange façon d’appréhender le monde. À l’âge de 14 ans, Isabelle Fruchart avait subi une altération auditive, à 37 ans, elle redécouvrait le vacarme du monde. Dans Journal de ma nouvelle oreille, mise en scène par Zabou Breitman et présentée au Théâtre du Rond Point à Paris. Après ce premier succès, elle se lance dans un nouveau projet d’écriture tout aussi original. De Janvier à Mai 2016, elle sera en résidence d’écriture au CALM, comprenez Comme À La Maison, unique maison de naissance à Paris qui lui permettra de « raconter l’enfantement » en complicité avec de futures mamans tout en écrivant sa propre pièce de théâtre.

Apparemment pour vous, le corps est un réel sujet d’inspiration. Après Journal de ma nouvelle oreille, mise en scène par Zabou Breitman, vous voilà avec un nouveau projet intitulé Ma mise au monde qui aura pour sujet/objet le ventre des femmes enceintes. Pourquoi cet intérêt qui peut paraître étrange pour un corps appréhendé par morceaux ?

Isabelle Fruchart : Dans Journal de ma nouvelle oreille, je racontais cette expérience de renaissance au monde sonore. J’étais sourde, je mettais une énergie incroyable à comprendre le monde et j’avais besoin sans arrêt de recharger mes batteries. J’étais en relation permanente avec mon propre corps. En réapprenant à entendre le monde, je me suis mise à l’écoute de moi-même. J’ai appris à écouter mes sensations, mes émotions. J’ai ainsi pris l’habitude de questionner mon corps… En prenant conscience du chemin que j’avais emprunté pour parler de mes oreilles, je pouvais me tourner vers d’autres parties du corps. C’est de ce questionnement qu’est né ce nouveau projet sur le ventre des femmes enceintes. Que se passe-t-il dans cette période si particulière ? Quel rapport au corps cela induit-il ?…

Est-ce que ça ne peut pas induire un rapport égocentrique à l’égard des autres ?

IF. : Lorsqu’une comédienne est myope, on n’insiste pas sur cette déficience. Le problème de ma surdité ne me définit pas exclusivement. J’ai découvert en écrivant mon cheminement autour de cette réappropriation du monde sonore, que le sujet intéressait. et pas que les « malentendants », car tout le monde est confronté aux questions d’entendre et de comprendre les autres. J’ai pris conscience que mon problème intime avait une dimension universelle, et c’est de cet endroit là de moi-même que j’ai voulu repartir en parlant de l’accouchement. Non pas en racontant ma petite expérience personnelle mais en transmettant ce qui est archétypal et concerne tout un chacun. Même quand on n’a pas eu d’enfant.

Après la renaissance, la naissance en quelque sorte. Votre projet d’écriture actuel porte sur l’origine du monde. Aucune relation avec le tableau de Courbet, quoique…mais avec l’enfantement, la naissance et l’accouchement. Pouvez-vous nous présenter ce projet ?

isabelle fruchart Journal de ma nouvelle oreille
Journal de ma nouvelle oreille © Giovanni Cittadini Cesi

IF : J’ai réalisé alors qu’être enceinte mettait chaque femme dans la position de transmettre. J’ai pu constater que la plupart des questions sont identiques pour toutes les femmes. On parle peu de l’accouchement ou alors de façon terrible. Depuis la nuit des temps, la femme enceinte se confronte à la peur de souffrir voire de mourir en couches. Aujourd’hui la douleur est tabou et on a médicalisé l’accouchement si bien qu’aujourd’hui 97 % des femmes accouchent à l’hôpital. Les femmes sont en quelque sorte dépossédées d’un autre choix possible, victimes d’une pensée unique et moi je suis pour le choix. En accouchant pour la première fois, j’ai eu un vrai choc, un bouleversement existentiel. Banal à dire mais à écrire… et surtout comment faire du théâtre avec ça ?

Cette fois, contrairement à Journal de ma nouvelle oreille, vous ne travaillez pas seule, mais au sein d’une structure, la CALM, une structure unique en soi. C’est une maison de naissance où chaque femme choisit d’accoucher avec une sage-femme, sans médecin, dès lors que la naissance n’est pas pathologique. On y respecte, dites-vous, la liberté des femmes et leur physiologie et c’est là que vous avez souhaité vous installer pendant 5 mois. Écouter, recueillir le récit de ces femmes enceintes et de celles qui les accompagnent…De quoi en fait allez-vous parler et quel récit comptez-vous en tirer ?

IF : J’ai eu envie de passer du journal intime à un écrit plus théâtral où il y aurait des dialogues. D’une part, j’écrirai donc une pièce de théâtre, où il sera question de la relation à la mère, à la grand-mère, aux autres femmes de la famille, du rapport entre maternité et musique par exemple…D’autre part, dans l’atelier d’écriture, chacun va pouvoir, à raison d’une fois par mois, raconter sa mise au monde avec des portes d’entrée différentes, sa relation au conjoint, à la sage-femme… Ces ateliers d’écriture ont pour moi quelque chose d’expérimental car l’accouchement est-il racontable ? Pourquoi aussi peu de choses sur ce sujet en littérature ?

Au fur et à mesure que vous cheminez dans cette démarche, quelles sont les questions qui ressortent et vous semblent essentielles ?

IF : Pour moi, il s’agit d’interroger chaque moment. Le vivant est multicolore. L’écriture est là pour faire prendre conscience. La maison de naissance est un espace privilégié qui nous permet de prolonger l’expérience physique. Les textes qui seront issus de cet atelier ne m’appartiennent pas, ils seront nourris des sensations et des émotions de chaque personne qui écrira. Parler de la naissance, de l’accouchement est le partage d’une expérience intime. On a tous eu à naître un jour, c’est par conséquent, un héritage commun, qui constitue chaque être humain. Dans cet atelier, on essaiera d’en parler et d’y mettre des mots…

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !