Théâtrorama

Millefeuilles – Lukasz Areski

Zoom sur Lukasz Areski  et son MillefeuillesUn titre qui évoque les strates, l’empilement, mais aussi une forme de fragilité, de délicatesse. Au cœur de ses mille et une feuilles, Lukasz Areski déplie minutieusement en tendrement son univers en noir et blanc. Rencontre en terre sensible.

Quelle place occupe le spectateur dans Millefeuilles ?

Lukasz Areski : Il est en charge d’une partie très importante, qui consiste à éclairer les installations, parce que tout est dans l’obscurité. C’est une sorte de jeu, c’est lui qui va décider comment il veut éclairer, comment il va s’aventurer dans cette obscurité-là. Ainsi, le public est impliqué, il participe à la construction du spectacle.

C’est un spectacle que vous titrez « entre l’infime et l’infini, de la vieillesse à la venue au monde »…

Lukasz Areski : Ce que j’ai voulu, au-delà de faire des belles images, avec du papier découpé, c’était avoir un point d’entrée, et un point de sortie, qui serait justement les deux moments de la vie qui me paraissent essentiels, qui sont l’arrivée et la fin. Plutôt que de les disposer chronologiquement, je me suis dit « Pourquoi pas remonter les étapes, mais dans le sens inverse, commencer par des personnes qui sont en fin de vie, âgées, et finir par une naissance »… Et entre ces deux pôles, s’éparpiller complètement, c’est à dire passer du figuratif à l’abstrait, avec une grande part sur l’enfance : les peurs de l’enfance, les contes, etc. C’est peut-être une période qui me paraît primordiale, l’enfance, donc j’en « abuse » : le fait de s’émerveiller, devant les choses qu’on comprenne, ou pas. Cet émerveillement fait écho aux petites formes que je joue: on ne sait pas quelle image va surgir, par exemple. Il y a ce côté que j’aime bien, un peu un état de suspense.

Une belle part est laissée à l’imaginaire…

Zoom sur Lukasz Areski  et son MillefeuillesLukasz Areski : Tout tourne autour de l’illusion du mouvement. Il n’y a quasiment rien qui bouge, on joue avec l’illusion du mouvement. C’est pour ça que j’ai voulu disposer beaucoup de personnes qui soient en marche, qui soient en route, dans les installations. Evidemment, ils ne marchent pas, mais on les voit dans cette illusion d’avancer, dans le temps et dans l’espace.
En terme de manipulation pendant les petits spectacles, c’est assez simple, je ne fais que tourner les pages. Ces petits spectacles sont comme des « livrets » : c’est comme si je lisais un livre, mais sans prendre la parole, puisque c’est seulement visuel, il n’y a pas de texte… Comme si je scénographiais un livre, à l’échelle du plateau.

Quelles inspirations vous ont porté ?

Lukasz Areski : Ce qui m’intéressait là, c’était d’être entre deux frontières, celle d’une forme de théâtre de papier, et du livre animé, c’est à dire tout ce qui est pop-up, livre-objet, livre-accordéon… Et de trouver un point de rencontre entre ces différentes formes.

C’est un spectacle en noir et blanc…

Lukasz Areski : Depuis le début, je savais que je souhaitais rester dans le noir et blanc. Je trouve que le noir et blanc a un côté « hors du temps ». Quelqu’un a dit un jour, qu’avec les couleurs, on a l’impression d’être à l’extérieur, et avec le noir et blanc, à l’intérieur. J’ai envie d’essayer d’intérioriser tout ça, car le risque, c’est d’aller dans quelque chose de très joli, alors qu’il y a une vacuité, importante. J’ai voulu mettre des choses qui touchent l’âme, dans ce spectacle. Je préfère laisser la liberté au spectateur de croire en ce qu’il veut, et lancer quelques pistes, seulement. Suggérer, et laisser libre.

 

Millefeuilles
Installations / Spectacles de papier muets
Auteur et interprète : Lukasz Areski
Tout public à partir de 6 ans
Crédit photos : Lukasz Areski

Tournée
– Millefeuilles
*13-14 Avril 2018
Foyer Jean Guéhenno, Montolieu (11)
Dans le cadre de la Saison Culturelle de l’Envolée (agglomération de Carcassonne)

*25-27 Mai 2018
Festival Orbis Pictus, Reims (51)

– Millefeuilles-petites formes
*15 Juin 18h30/20h
Fête du Jardin Michelet, Espace Bonnefoy, Toulouse (31)
*11-14 Juil
Festival de la marionnette, Bernay (27)

Plus d’infos : site Internet

À venir à International Visual Theatre :
Traversée d’après le texte de Estelle Savasta mis en scène par Marc Toupence du Théâtre du Pilier du 20 au 25 mars

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest