Théâtrorama

Après une licence Arts du spectacle et un détour de trois ans sur les planches du Cours Florent, Lévy Blancard se révèle en tant que comédienne et metteur en scène. De sa rencontre avec une autre comédienne, Caroline Beisbardt, naîtra le projet commun de s’investir dans des ateliers de théâtre à l’usage des timides de tous âges et de tous horizons, qu’elle dispense aujourd’hui à Paris et en région parisienne, grâce à l’association « Les Échantillons » qui vient de fêter ses dix ans d’existence. Portrait d’une audacieuse…

Pourriez-vous revenir sur votre parcours et les raisons qui vous ont amenée à créer « Les Échantillons » et à proposer des cours de théâtre à l’usage des timides ?
« À l’origine des Échantillons, il y a un groupe de jeunes sortis tout droit de leur école de théâtre. Nous avions des idées et des envies de pièces plein la tête et souhaitions pouvoir les monter. Ces personnalités différentes nous ont donné l’idée d’appeler l’association « Les Échantillons » à l’image de ce grand panel. Fin 2012, en parlant avec le président de l’association, Xavier Douzenel, j’ai réalisé à quel point le théâtre, le yoga et le développement m’avaient aidée à devenir une comédienne accomplie mais avant tout une femme épanouie. Nous parlions notamment des stages, du merveilleux « Aire de jeux », dispensés par Ani Hamel, qui ont forgé la base de mon travail actuel en tant qu’intervenante théâtre. À la fin de cette discussion, nous avions un concept : les « cours de théâtre à l’usage des timides », pour aider par différentes disciplines et en particulier le théâtre des personnes timides comme moi à oser se lancer et s’amuser. Grâce à notre équipe de choc, les flyers ont été faits, les annonces posées sur Internet et la salle réservée assez vite pour que je n’aie pas le temps de me rendre compte de ce qui se passait. Notre président est un homme du concret et un grand soutien humain, il prend toujours en considération les idées des membres de l’association et permet de les réaliser avec des objectifs concrets qui poussent les rêveurs comme moi à se poser et s’affirmer. Caroline Beisbardt et Diane Bernard m’ont depuis le début aidée à monter mes programmes et mettre en valeur mon cours. En fait, derrière mes cours, il y a ma prestation que les élèves connaissent mais, ce que l’on ne sait pas, c’est qu’il y a aussi toute une équipe qui parle, rebondit et invente de nouveaux exercices. »

Vous souffriez donc vous-même d’une grande timidité…
« Oui. Je crois qu’il n’y a pas d’autre mot. Dans mon corps et dans ma tête, il y avait une montagne de sensations et d’idées. J’étais comme enfermée… Impossible de les faire sortir. Lorsque je prenais parole en public, c’était toujours un peu décalé, je parlais trop fort, trop vite, j’avais les joues rouges et mon humour devenait acide pour provoquer des réactions. L’attention se rivait alors sur moi et je ne pouvais plus rien dire. Mes élèves sont toujours sidérés lorsque je raconte ma fameuse anecdote du café. Il y a de cela quelques années, je devais m’y prendre à plusieurs reprises pour pouvoir énoncer la phrase suivante : « Un café, s’il vous plait ! » Et encore, je ne raconte pas toujours que parfois, j’avais envie d’un thé bergamote mais que je craignais de ne pas réussir à le dire donc… je demandais un café ! »

Comment se déroulent plus précisément les ateliers ?
« Mes ateliers sont tous découpés en deux parties : une partie respiration, détente, relaxation et échauffements, suivie d’une partie théâtre avec des exercices, des lectures de texte et des improvisations. Seul mon cours « Les timides font leur show », qui est l’une des nouveautés de l’année, aboutit à une représentation de fin d’année. Ce cours est réservé aux élèves qui connaissent déjà la méthode et savent pratiquer la première partie rapidement et sans directives. »

Il existe différentes formes de timidité et différentes situations au cours desquelles on peut en être affecté. Les exercices proposés, autour du placement de la voix et du placement du corps, sont-ils personnalisés ?
« La timidité est une perception de soi, il existe donc autant de formes de timidité que de personnes timides. Mon rôle est d’être attentive à chacun ; mes exercices s’appliquent à tous mais dans chaque séance un ou plusieurs exercices s’appliqueront particulièrement à telle ou telle personne. En réalité, les exercices sont uniquement un support, c’est le fait d’être à l’aise ensemble qui permet d’oser. Ce qu’on ose dans ce cadre intimiste et rassurant vient progressivement prendre place dans le quotidien. »

De la scène à la vie de tous les jours, de quelle façon les « conseils » que vous délivrez sont-ils applicables ?
« Les exercices sur la démarche ont un grand succès, certains de mes élèves m’affirment les pratiquer dans la rue ou le métro. En dehors de cela, la plupart des exercices et conseils semblent servir uniquement dans l’espace de jeu. C’est là la subtilité : la voix se place progressivement d’elle-même, le corps s’ouvre et il se passe encore autre chose… Petit à petit, mes élèves se mettent à me tutoyer, à faire de grands gestes, à jouer les émotions d’une manière plus large, à oser perdre leur sérieux. Ce moment est celui que j’observe et qui me fait jubiler, le moment de l’amusement. Lorsque les élèves viennent et jouent tout simplement, leur corps apprend tout seul à ouvrir son expressivité. »

Renseignements et activités sur le site des Échantillons

Vous pourriez aimer çà


  1. Article intéressant ! Les comédiens, artistes sont bien souvent de grands timides. Merci pour cette interview

    rediffusion théâtre / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !