Théâtrorama

Delphine Eliet, « Jouer de la vie, pour la vie »

Delphine Eliet et l’École du JeuC’est au cœur du quartier de la Goutte d’Or, à Paris, que se niche l’École du Jeu. Un lieu ouvert et dynamique, qui développe les apprentissages du comédien à partir du désir de chacun et de sa capacité d’autonomie –liberté d’être et de créer- La configuration n’est pas sans rappeler l’université de Saint-Denis, ex Paris-Vincennes des années 1968. À l’occasion des prochaines auditions du cycle long les 29 et 30 septembre 2016, nous avons rencontré sa fondatrice et directrice Delphine Eliet, une femme engagée et authentique, défendant une véritable pensée de l’art théâtral et de la transmission.

Delphine Eliet, vous êtes comédienne, metteur en scène, vous avez fondé l’École du Jeu en 2004, quelle est l’origine de ce nom ? École du « Jeu » ou École du « Je » ?

Delphine Eliet et l’École du JeuDelphine Eliet : L’origine est multiple. L’étymologie du mot « école » renvoie à la notion de « loisir », d’apprentissage volontaire. Ce terme correspond à la fois à l’objectif et au lieu pour l’atteindre. Et c’est ce que j’ai souhaité entreprendre il y a 11 ans : créer un lieu, « un port d’attache » d’apprentissage volontaire délivrant un enseignement spécifique, garantissant un niveau de qualité, dans lequel le comédien apprenti puisse se découvrir, découvrir et acquérir les compétences et les compréhensions indispensables à ce métier. « Former un comédien n’a de sens que s’il accepte de consacrer un temps de sa vie à sa formation » ( Claude Régy ) Un lieu, un « port d’attache » donc, que l’on quitte renforcé, confiant, autonome et créateur et dans lequel on sait que l’on peut revenir en cas de besoin.

Le Jeu s’enseigne mais surtout il s’apprend. Apprendre le Jeu c’est accepter de jouer avec le Je. C’est jouer le Je. C’est avoir l’intuition de son potentiel et la détermination de reconnaître ses limitations pour les dépasser à travers le théâtre et le Jeu des incarnations. C’est vouloir rejoindre l’universel en soi pour le partager avec d’autres au travers d’histoires, de questionnements, de partenariats, d’images, de poésies … C’est se préparer au métier dans un cadre privilégié, lieu d’apprentissage volontaire avec pour seule fin l’épanouissement de ses potentialités en compétences tangibles et efficaces.

 Delphine Eliet: « Apprendre le Jeu c’est accepter de jouer avec le Je »

L’apparent conflit entre le mot École et le mot Jeu m’amusait. Opposition toute superficielle, et pourtant … La réalité est qu’enfant nous étions des « maîtres du Jeu », la société – dont l’école – nous a coupé de ces moments de transcendance et de compréhension. Il nous faut donc travailler à déconstruire les limitations du Je pour, dans un lieu serein et fiable, recontacter notre désir et notre capacité à Jouer de la vie, pour la vie. Réapprendre à aimer Apprendre. Et voilà donc ce titre « École du Jeu ». Toute une histoire.

Quelle approche pédagogique y mettez-vous en œuvre ? À quel public vous adressez-vous et à travers quels cursus ?

Delphine Eliet et l’École du JeuDelphine Eliet : La conception et l’élaboration des cursus pédagogiques puisent leur source dans les fondamentaux de la Technique de Confirmation Intuitive et Corporelle (TCIC) – technique que j’ai mise en place tout au long de ma carrière d’actrice. Sa spécificité est de s’interroger sur les rouages de la transmission, la relation aux émotions, l’état créateur et le Jeu de l’incarnation. Pour synthétiser, je considère que le Jeu- le jeu de l’incarnation- a cela d’extraordinaire qu’il permet à chacun d’atteindre une compréhension profonde de ce qu’est la liberté d’être et de créer. Cette compréhension, à son tour créé un état de Joie essentielle. Ce sentiment créé une harmonie qui, à sont tour, réveille nos capacités d’empathie réciproque : acteurs et spectateurs sont touchés ensemble et en même temps. Nous créons un temps de Partage, de communication réelle. C’est un acte politique ( lien aux autres) et artistique.

À cet axe principal viennent se rattacher des disciplines incontournables et spécifiques : le travail du corps en mouvement et dans l’espace, de la condition physique (training, danse, Qi-gong), le travail sur la voix et l’Art de la parole (technique vocale, diction, phrasé, versification classique), le travail dramaturgique (scènes, Jeu, analyses de textes, mise en espace ..). Je choisis des intervenants/artistes spécialistes de ces disciplines. Je mets un grand soin et un vif intérêt à construire une équipe pédagogique de qualité.

L’enseignement de l’école cherche à se placer au plus près des réalités actuelles. Il s’agit pour moi de proposer une stratégie d’apprentissage qui vise à construire des fondations fiables, solides et adaptables au réel du métier. Cette construction pédagogique générale vise un développement de l’acteur pour lui-même, un acteur qui apprend un savoir-faire ET un savoir-être.

3 grands axes de public
Formation initiale professionnelle (Prépa et Cycle long) => formation diplômante et préparation aux concours.
Cursus Pro => Cycle intensif, Master Class, We pour les professionnels
Tout Public => Stages, we et ateliers de TCIC

Depuis 11 ans que l’école existe, combien d’élèves ont été formés, et où en sont-ils aujourd’hui ?

Delphine Eliet et l’École du JeuDelphine Eliet : Tout cursus confondus, je pense que l’école a accueilli environ un peu plus de 1700 personnes depuis sa création. Si je me concentre sur la formation initiale professionnelle (le cycle long), nous avons formé, je pense 400 personnes. En 11 ans, 43 personnes ont été admises dans les école nationales à un niveau européen – plusieurs compagnies se sont formées – 3 acteurs/trices ont intégré la Comédie-Française – d’autres jouent régulièrement sur les scènes nationales. Côté cinéma, si je précise ne serait ce que cette année : Au Festival de Cannes six anciens élèves étaient à l’affiche dans des rôles principaux ou conséquents ( Sigrid Bouaziz, Olivier Bonnaud, Victoire Du Bois, Zita Hanrot, Julie Moulier, Wendy Gasperment) et dans nos salles, Freya Mayor, Hamza Mezziani. Garance Marillier. Zita Hanrot a obtenu le césar de l’espoir féminin cette année. Je suis heureuse et fière de ces résultats et d’avoir participé à une partie de la construction de leurs carrières.

Une devise, une citation, le leitmotiv de l’école ?

Delphine Eliet et l’École du JeuDelphine Eliet : Un leitmotiv : le Théâtre comme Art de la Confiance. Créer une école, c’est créer une structure dans laquelle celui qui le désire amorcera ce mouvement de confiance et de dignité dont nous parlions : Lutter contre l’affaissement en créant de l’intérêt.

Quelques phrases m’accompagnent depuis le début, fidèles camarades et inspiratrices :

« Le théâtre, c’est être réel dans l’irréel. » Victor Hugo
« Un grand acteur, c’est quelqu’un qui est capable d’être intime en public. » Stanislavski
« Le devoir de toute chose est le plaisir. Si elles ne sont plaisirs, elles sont inutiles ou préjudiciables. » J.L Borges
« Quoi que tu fasses, fais-le avec tout toi-même. » Eugenio Barba
« L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde. » Nelson Mandela
« La liberté n’est pas la possibilité de réaliser tous ces caprices ; elle est la possibilité de participer à la définition des contraintes qui s’imposent à tous.» Albert Jacquard

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest