Théâtrorama

Pipioot et ses contes nomades

Pipioot sur les routes avec J’irais conter chez vousCeux qui suivent sa page FB apprécient ses pipiooteries espiègles qui façonnent la réalité de poésie. Pipioot, alias Jimmy Bussière, dans une urgence de partager les mots et d’aller cueillir les brins d’humanité éparses, se lance dans un tour de France du conte. Il était une fois un nomade en quête d’histoires…

Qu’est ce qui vous a donné envie de vous lancer dans ce projet ?

Pipioot : Je plante des arbres généalogiques depuis un certain moment et je m’amuse à sauter de branches en branches pour prendre de la hauteur… Là, je suis assis sur la branche de mon grand-père, le papé Raymondo et je regarde le monde traverser dessous en me demandant pourquoi personne ne lève la tête pour regarder les anciens… Le conteur va toujours embellir sa réponse, un peu comme si il voulait te cacher l’écharde qu’il a sur la langue. Ce projet est vivant. C’est la curiosité d’un nomade pour la sédentarité et la propriété. Une rencontre pour se connaitre mieux, dans une maison, avec une famille et des amis.

Quel est l’objectif de J’irai conter chez vous ?

Pipioot sur les routes avec J’irais conter chez vousPipioot : Planter du sens, passer par la peau, toucher la grâce d’une expérience humaine et c’est aussi dans le même temps, une initiation intime à l’autre et inversement. S’apprendre… La soirée se déroule toujours comme une conversation amicale, intime donc. Je vais chercher la petite bête, le pou, le lien entre nous et ainsi établir le processus créatif, de la rencontre en temps réel. J’ai une trame. Je suis assis sur ma branche et j’observe la vie de mon papé, ses aventures, ses vérités, ses drames. Un piaf peut venir se poser, ou un écureuil râleur que je sois là, là-haut je suis le fils du vent, sans pays…

« Je ne demande pas d’argent, pour la première fois, ce serait comme un rendez-vous amoureux, professionnel. Ce serait dérangeant… »

Avez-vous déjà dans votre chapeau les histoires à raconter ?

Pipioot : J’ai mon code génétique, mon arbre, ma boussole, mes pierres, une échelle de corde, ça devrait le faire… Mais pas de chapeau, j’ai besoin de lumières sur la caboche, pour éclairer de grands moments d’improvisation… Pour cette première saison, j’ai choisi de présenter ce projet à mes amis virtuels, ceux que je n’ai pas encore rencontré « pour de vrai ! », enfin pas tous. Ils attendaient depuis des années que je me décide à faire un coup d’éclat. Ils m’attendaient au tournant. Ils sont habitués à la singularité de mes projets mais là, de venir direct chez eux et leur offrir mes contes, c’est puissant. Ils sont exaltés, émus, impatient, heureux, joyeux et curieux. Les contes n’ont pas de propriété, c’est pour ça qu’ils savent voyager d’un arbre généalogique à un autre. Ils se plantent sur des terres fertiles et s’épanouissent au travers des frontières. C’est l’inverse de la violence, de l’ignorance. Ils rapprochent ceux qui ne se connaissent pas.

Pipioot -J’irai conter chez vous
Du 7 Avril 2017 au vendredi 13 avril 2018.
Pour plus d’informations sur le projet

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !