Théâtrorama

Zoom sur La Légende Baoulé

La Légende Baoulé de la compagnie Deux Fois Rien« Formons une chaîne humaine, si solide que rien ne pourra la briser, pas même la colère du grand fleuve. Que tout le monde se mouille. Traversons le fleuve ensemble !» Au plateau, ces mots résonnent tant au service du spectacle que de l’inédite aventure humaine qui les a porté. Retour sur un opus simple, sincère et sans tabou, qui remet chacun en face de lui-même.

Comment ce projet est-il né ?

Hyacinthe Brika Zougbo : Avec Fidèle Baïbo, on a rencontré l’auteur Michel Beretti en 2012. Il était venu faire un stage au Bénin. On lui a parlé de cette légende de chez nous, en Côte d’Ivoire, qui nous intriguait, et qu’on avait envie de monter. Il est allé faire des recherches, et a commencé à écrire. À l’origine, on voulait créer ce projet avec des marionnettes à fils, mais ça ne correspondait pas bien avec le texte. On a opté pour du théâtre d’ombres. On n’en avait jamais fait. On a cherché une compagnie qui pourrait nous apprendre, et au cours d’une tournée en Suisse, on a rencontré Anne Compagnon, et c’est parti, le coup de foudre est arrivé.

Anne Compagnon : Quelque chose comme deux semaines avant qu’on se rencontre, j’étais en train de me dire : « J’en peux plus de jouer toute seule… Monter les décors toute seule, porter cette compagnie toute seule, j’aimerais bien jouer avec quelqu’un d’autre». Et ils sont arrivés. C’est une histoire d’amitié. Ils me sont tombés dessus, et depuis, ils ne me lâchent plus ! Depuis, je n’ai pas seulement deux collègues, mais aussi deux petits frères. En plus, en constituant l’équipe, j’ai découvert des personnes magnifiques qui ont apporté leurs pierres, très précieuses, au projet : Christelle Nicod, notre metteuse en scène, et Fatna Djahra, notre collaboratrice artistique. Elles se sont toutes deux investies à fond pour trouver, par exemple, de la fluidité là où il y avait mille contraintes techniques! Et notre musicien exceptionnel, Sylvain Fournier. Il a su s’inspirer des musiques traditionnelles, tenir compte de nos demandes et en même temps créer des sons personnels qui apportent beaucoup de poésie et de dynamisme au spectacle. C’est une aventure qui continue et qui m’a déjà transformée !

Vous avez choisi de parler de la mort, de l’exil, de la guerre, aux enfants ?

Anne Compagnon : Il m’a fallu du temps pour apprivoiser cette histoire. C’est une légende dure. Au départ, j’avais peur que ça terrifie les enfants. Et en fait, non. Je crois qu’on peut avoir des histoires qui traitent de sujets difficiles, avec eux. Ce qui important, c’est que ça finisse « bien ».

Hyacinthe Brika Zougbo : Dans de nombreux jeux vidéo auxquels jouent les enfants, c’est la guerre, ils s’attaquent, apprennent à tuer l’autre… Ils découvrent la mort de cette façon. C’est dommage. Là, on en parle « pour de vrai », on explique une légende. En Côte d’Ivoire, il y a un peuple qui s’appelle les Baoulé, ce qui veut dire « l’enfant est mort », et ils se sont appelés de ce nom. C’est là où ça choque.

Fidèle Baïbo Baha : Cela suscite le débat, ce n’est pas une histoire habituelle. Surtout que ça touche à la mort d’un enfant, imposée par un adulte, ça réveille beaucoup de tabous.

C’est-à-dire… ?

Hyacinthe Brika Zougbo : En Afrique, les enfants n’ont pas le droit à la parole quand des grandes personnes discutent. Les grandes personnes choisissent toujours tout, à la place des enfants. Ils ne demandent jamais leur avis.

Fidèle Baïbo Baha : À travers ce spectacle, on veut surtout faire passer un message aux parents. Chaque enfant a le droit de choisir son destin. Il est une entité à part entière. On peut le conseiller, le guider, mais on ne peut pas décider pour lui.

En effet, la question du choix de l’enfant est assez centrale, dans le spectacle…

Anne Compagnon: Avec nos demi-masques, on personnifie trois animaux. Ils racontent l’histoire ensemble, jusqu’au moment de la fin, où ils ne sont pas d’accord. Ils ont chacun leur fin. Ce ne sont pas trois fins qu’on met à pied d’égalité. La dernière, c’est celle qu’on veut valoriser. Celle où l’enfant refuse de se sacrifier pour sauver son peuple, et demande à chacun de se « mouiller ». C’est facile de demander à une personne de porter tous les soucis et se sacrifier. Ce qu’on veut mettre en avant, c’est que pour que tout le monde soit sauvé, il faut que tout le monde se mouille. De même, dans la société, on ne peut pas tout attendre des responsables politiques, des papas, des mamans, des maîtresses, des maîtres, il faut aussi s’impliquer soi-même.

C’est d’ailleurs une création qui vous a beaucoup demandé d’implication…

Anne Compagnon : Entre Genève et Cotonou, il y a 4444 kilomètres. C’est beaucoup. C’est compliqué pour communiquer, bien sûr, mais comme on tenait beaucoup au projet, ça s’est fait. Entre la distance, les tracas administratifs, le prix des billets d’avion… il n’y a rien qui est fait pour que ça marche. Vraiment rien. Alors dès le départ, le projet c’était de monter le spectacle en Suisse, puis de le jouer en Europe et en Afrique.

Fidèle Baïbo Baha : Anne est venue nous voir au Bénin, avec toute sa famille, pendant 15 jours. C’est notre sœur, le pacte est scellé. Artistiquement, on a la même vision : partir du rêve, et créer le rêve.

 

La Légende Baoulé
Tout public dès 5 ans
Auteur : Michel Beretti
Interprétation : Fidèle Baïbo Baha, Anne Compagnon et Hyacinthe Brika Zougbo
Mise en scène : Christelle Nicod
Collaboration artistique : Fatna Djahra
Musique: Sylvain Fournier
Scénographie et construction: Anne Compagnon
Production : Cie Deux Fois Rien, Genève, Suisse (théâtre d’ombre et marionnettes)
Collaboration : Cie Pataclowns, Bénin, Côte d’Ivoire (clowns de théâtre, masques et marionnettes)
Crédit photo : Marcel Kohler

Vu au Théâtre aux Mains Nues le 30 mars 2018 / En tournée en Europe et en Afrique sur la saison 2018-2019

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest